Séries

The boys

Bannière

Ressources et références

Adaptation de la bédé du même nom.

Saison 1

Titre
The Boys [1]
Statut
Lu/Vu/Fait ()
Auteurs
  • Éric Kripke
Éditeur
Amazon Prime Video
Sortie
Casting
Karl Urban (Billy Butcher), Jack Quaid (Hughie Campbell), Antony Starr (Homelander)
Note
3.75/5
Remarque
Saison de huit épisodes diffusés d'un coup.

j'ai enquillé la saison en une semaine à raison de deux épisodes par soir. Plus de binge-watching donc mais un rythme soutenu tout de même.

On débute tranquillement avec LA scène qui initie tout : la petite amie de Hughie Campbell littéralement explosée par la passage de A-Train, un surhomme ultra-rapide. Et dans ce monde où les super-héros sont des produits marketés comme des barils de lessive, ce genre d'incident se règle avec un chèque et une close de confidentialité. Sauf que Hughie croise la route de Butcher, un « agent de la CIA » qui l'embarque dans sa croisade contre ces surhommes au-dessus des lois. Surhommes dont les plus connus / adulés / puissants sont les Sept, un groupe qui rappelle furieusement la Justice League (c'est voulu) :

  • Homelander / Superman
  • Queen Maeve / Wonder Woman
  • The Deep / Aquaman
  • A-Train / Flash
  • Black Noir ∕ Batman
  • Translucent

A cela s'ajoute une nouvelle, Starlight, petite provinciale qui va découvrir que le glamour des super-héros n'est que de la façade et du marketing.

Le récit progresse lentement mais surement avec quelques scènes chocs vers une conclusion qui n'est pas totalement inattendue. Ensuite :

  • C'est moins politiquement incorrect que ce que j'attendais, en tout cas que la bédé que j'ai rapidement parcouru il y a quelques années.
  • Il y a bien sûr pas mal de gore mais les personnages sont finalement très classiques voire même parfois caricaturaux ou clichés (la jeune provinciale qui découvre le cynisme citadin, le dur à cuire au grand cœur, etc.)
  • Les amourettes entre Starlight et Hughie sont assez convenues et parfois pénibles dans le cliché.

Restent Karl Urban dans le rôle de Butcher et Antony « Banshee » Starr dans le rôle de Homelander, tout deux très convaincants. Le malaise que pourrait provoqué un être comme Homelander / Superman s'il existait est ici plutôt bien rendu.

Une première saison d'exposition donc où on ne s'ennuie pas trop. Ce n'est pas aussi bon qu'espéré mais ça tourne plutôt bien. Attendons la suite.