Séries

Carnival Row

Bannière

Informations

Saison 1 3/5

Titre
Carnival Row [1]
Couverture
Couverture
Auteurs
  • René Echevarria
  • Travis Beacham
Éditeur
Amazon Prime
Sortie
Casting
Orlando Blum (Rycroft Philostrate), Cara Delevingne (Vignette Stonemoss), Simon McBurney (Runyon Millworthy), Tamzin Merchant (Imogen Spurnrose), David Gyasi (Agreus Astrayon), Andrew Gower (Ezra Spurnrose), Karla Crome (Tourmaline Larou), Arty Froushan (Jonah Breakspear), Indira Varma (Piety Breakspear), Jared Harris (Absalom Breakspear)
Remarque
Saison de 8 épisodes.

Visionné en période de confinement le soir après le télétravail pour me changer les idées.

Dans une métropole ressemblant au Londres de la fin du XIXe siècle, l'histoire d'une société où cohabitent tant bien que mal humains et créatures fantastiques (féés, puck, centaures, etc.).

L'univers est très intéressant, les décors sont impressionnants ; l'histoire beaucoup moins. On dirait que les créateurs René Echevarria et Travis Beacham ont eu une idée (qui n'est pas neuvre non plus), cette société victorienne multi-culturelle mais qu'à part ça, ils n'ont rien à dire ou ne savent pas quoi dire, perdu dans un patchwork steampunk où se mèlent romance, critique sociale, fantastique, horreur et enquête policière.

Parfois, un bon univers suffit s'il y a des dialogues intéressants, des personnages attachants. ici, ni l'un ni l'autre. Les dialogues sont d'ailleurs souvent d'une pauvreté effrayante.

Ces faiblesses peuvent ensuite être compensées par le talent des acteurs/trices mais là non plus le casting ne sauve pas les meubles : Orlando Blum est malheureusement un assez mauvais acteur et Cara Delevingne, tout envoutant que soit son regard, n'est pas meilleure.

Le déroulé des épisode est ultra-prévisible, ce qui est raconté l'a été des milliers de fois, mais on regarde tout de même. Pas sûr cependant que j'aurai tenu jusqu'au bout en d'autres circonstances...

Bref, la seule chose qui garde le spectateurs sont donc les décors et l'univers en lui-même, intriguant et immersif, qui pourrait servir de fond à de bien meilleures choses… La série a donc de quoi attirer malgré ses énormes faiblesses. Si les auteurs arrivent à trouver quelque chose de mieux à raconter, la saison 2 pourrait valoir le coup.