Séries

Another life

Bannière

Ressources et références

Saison 1

Titre
Another life [1]
Statut
Lu/Vu/Fait ()
Auteurs
  • Aaron Martin
Éditeur
Netflix
Sortie
Casting
Katee Sackhoff (Niko Breckinridge), Justin Chatwin (Erik Wallace), Samuel Anderson (William), Elizabeth Ludlow (Cas Isakovic), Blu Hunt (August), A.J. Rivera (Bernie Martinez), Alexander Eling (Javier Almanzar), Alex Ozerov (Oliver Sokolov), Jake Abel (Sasha Harrison), JayR Tinaco (Zayn Petrossian)
Note
2/5

La série s'étant faite déglinguée par la critique, j'y suis allé en reculant. J'ai tenu jusqu'au dernier épisode mais putain que c'était pénible. En vrac parce que c'est vraiment du n'importe quoi, il y a des absurdités à tous les niveaux :

  • Les gars peuvent se parler en direct entre la Terre et le vaisseau spatial qui se trouve à 9 al. Débile.
  • L'équipage est une collection d'abrutis hystériques post-ados alors que tu te dis que pour une expédition de premier contact avec une vie extraterrestre, tu enverrais ce qui se fait de plus intélligent et équilibré en matière d'astronaute / scientifique.
  • Syndrome du « on a une idée et une seule mais il faut tartiner 6-8-10 épisodes pour faire une saison ». Là, dés le deuxième épisode j'ai commencé à faire des avances rapides de 10s tellement on se fout de ce qui se passe (généralement des dialogues creux entre deux personnages).
  • La débilité de l'équipage qui débarque sur une planète alien sans scaphandre et qui se met à goûter les trucs locaux.
  • On parle de voyage plus vite que la lumière, on se promène dans la galaxie mais rien, absolument rien ne vient introduire / présenter ce monde, ces technologies. On est capable de parcourir des distances à travers la galaxies mais toujours la même société d'abrutis consuméristes nord-américain du début du XXIe siècle.
  • Les dialogues et les situations sont d'une banalité effrayantes.
  • Ça veut un peu trop se la jouer équipage d'Alien mais dans le classique de Ridley Scott, on cotoyait les prolos de l'espace ; ici, c'est une génération de petits bourgeois (à une ou deux exception près) qui infestent toutes les séries américaines depuis quelques années.
  • Il y a aussi pas mal de relents de Stargate, et pas pour le meilleur.

Je le répète : c'est du grand n'importe quoi ! Dommage pour Katee Sackhoff de s'être ainsi embarqué dans un tel navet, ses précédentes séries (Longmire et surtout Battlestar Galactica) étaient d'une tout autre facture.

Pas sur qu'il y ait une deuxième saison. Vaudrait mieux pas.