Littérature

Le silence de la cité

Image

Ière partie (p.1-96)

Depuis les grandes marées et l'époque du declin, la civilisation humaine s'est réfugié dans des cités souterraines. Dans l'une d'entre elles, Paul, généticien, mène des expériences sur des hommes, des femmes et des enfants de l'extérieur. Dans l'environnement dégradé de l'après Declin, les populations souffrent de nombreux désordres biologiques, dont le plus important est sans doute le déséquilibre des sexes: il nait x fois de filles que de garçons.

Dans ces populations aux gènes dégénérés, Paul arrive cependant à isolé une mutation particuliaire qui, bien exploitée, permet des guerrisons rapides et un vieillissement plus lent. Il fabrique donc des mutants à la chaîne, les étudies, puis s'en débarrasse.

Mais sa dernière création, Elisa, il le tuera pas. Elle possède des facultés très prometteuses de régénération.

Elisa a passé une enfance plutôt agréable, entre les expériences de "papa" (Paul) et les histoires que lui racontait "grand-père", Desprats. Mais un jour, grand-père meurt, elle est comprend que la chose qui lui contait ces histoires était une machine, un ommach, contrôlé par la pensée d'un homme, Desprats.

La cité est maintenant bien vide. Ils ne sont plus qu'une poignée. Et Elisa est la dernière fille de la cité. Une fille qui tombe amoureuse de son "père".

(...) les accidents nucléaires accumulés, les pollutions, les petites guerres partout, et trop de gens, et juste assez à manger, et la Terre elle-même qui se fâche, les tremblements de terre, les volcans réveillés, les climats qui changent, les famines, les épidémies, et enfin les grandes marées, qui ont changé l'aspect des continents.

Le declin (p.36). La cité existe depuis environ 350 ans (p.60)

Paul et Elisa échafaude un projet, un projet vaste et ambitieux destiné à disperser les gènes de la jeune femme dans l'extérieur, d'injecter dans les populations se fabuleuses capacités de régénération, et ainsi de changer les choses (car dehors, le gène de régénération est lié à un gène qui accélère le vieillissement).

Dehors, ils espionnent la communauté du puissant Kurtess grâce à un ommach. Mais celui-ci découvre la machine, et la détruit.

Il ne reste plus grand monde dans la cité. Elisa ne voit plus Paul très souvent. Et cela inquiète Sybille. Paul commence a être vieux; il a refusé les traitements réjuvénateurs, traitements utilisés dans les cités depuis l'échec des tentatives de greffe de cerveau sur des machines. Et en voyant la manière dont est morte sa mère Marquand, qui a somré dans la folie, il faut s'inquiéter.

Grâce à Sybille, Elisa a accès à l'intégralité de la base de données de la cité, et découvre rapidement comment elle né, des expériences de Paul. Et Paul découvre Elisa qui découvre ses secrets.

Il devient fou, ou l'était déjà avant. Il tue sybille, ce qui restait de Sybille, un corps vieillissant et décharné cloué dans son lit.

Elisa s'enfuit la cité vide, appeurés, déconcertée. Et puis Richard Desprats, Grand-père, lui apparait. L'image de Desparts, le souvenir électronique de Desprats, soigneusement stocké dans la mémoire de la cité, et activé par les actes de Paul.

Et desprats montre à Elisa que ses talents sont bien plus important qu'elle ne le croit. Qu'elle peut non seulement se guérir très vite, mais aussi changer de forme, d'apparence comme elle l'entend (p.86). Ou plutôt dans son inconscient. Et Desprats va l'aider à changer. Parce qu'il faut partir; il faut quitter la cité et laisser Paul à Sa folie. Sortir dans l'extrieur, et accomplir une mission: arrêter toutes les cités sur le territoire qui fut l'Europe, et partout ailleurs dans le monde. Les huamains de l'extérieur vivront mieux sans les cités, ses reliques du passé, un passé révolu, un héritage néfaste. Et pour évoluer dans l'extérieur, il vaut mieux être un homme...

Alors Elisa se transforme en Hans, et elle quitte la cité de Paul en compagnie de ostrer, l'ommach de Desprats.

IIe partie (p.97-148)