Littérature

Chroniques du pays des mères

Image

Informations

Résumé

(4e) La stupidité des hommes a jadis ruiné la planète Terre. La sensibilité des femmes permettra-t-elle de la réparer, ou plutôt de la laisser se réparer ?

C'est la question que se pose Lisbeï au cours d'une longue vie aventureuse qui va la mener du Pays de Mères, où les sexes vivent séparés, vers un avenir encore incertain où ils parviendront peut-être à se retrouver.

Ce beau roman, qui a reçu plusieurs prix (dont, pour sa traduction américaine, le prix spécial Philip K. Dick), réconciliera avec la science-fiction les femmes qui l'ignorent encore.

Quant aux hommes, il leur donnera à réfléchir. Passionnément.

Le début...

L'autre côté du soleil. C'est ainsi que Lisbeï appelait la lune quand elle était petite, pour le grand amusement des gardiennes, quand la garderie ouest était encore pour elle « la Garderie ».

Commentaires

C'est sans doute un de mes tout premiers grand moment en tant que lecteur adulte, de ceux dont on se rappelle des années après. Depuis, j'ai du relire le roman quatre ou cinq fois, sans jamais me lasser, sans jamais sauter le moindre chapitre, la moindre page. Parce qu'on veut suivre la vie de Lisbéï du début à la fin, sans rien manquer.

Le roman se situe dans le même univers que Le silence de la cité, plusieurs siècles plus tard.