Le journaliste et la vermine

Bannière

Dans le monde renversé, et délirant, du néolibéralisme fascistoïde, les offenses en mots ont plus de réalité que les offenses aux corps. Des mains sont arrachées, des yeux éclatés, des vies brisées, et cependant personne n’a encore traité de « vermines » Macron, Castaner et Nunes qui donnent les ordres. Doublement vermines, dirait-on si l’on allait par-là, qui, dans des scènes proprement dystopiques, se rendent dans les écoles pour expliquer aux enfants qu’on ne tire qu’au torse et aux bras – pendant qu’ils laissent viser les têtes.

Titre
A propos des « vermines » (et en soutien à Gaspard Glanz)
Auteurs
  • Frédéric LORDON
Éditeur
Lundi matin
Date

A partir de quand une institution cesse-t-elle de mériter "ce sentiment qui s'appelle le respect" ? Il faut parfois un grain de sable, une toute petite chose. Ce grain de sable pourrait s'appeler Gaspard Glanz. Nous le connaissons bien, sur ce site. Nous l'avons souvent invité (liens ici). Journaliste, reporter, cinéaste, documentariste, peu importe comment on désigne Gaspard Glanz. Ce qui me semble le plus adapté, c'est documentariste de l'instant. Son sujet favori, c'est la police. Les policiers qui se déguisent en manifestants. L'homme de main élyséen Benalla qui se déguise en policier. Toutes ces facéties policières.

Titre
Glanz - le doigt d'honneur de la Justice
Auteurs
  • Daniel SCHNEIDERMANN
Éditeur
Arrêt sur images
Date
Titre
Le journaliste Gaspard Glanz enfin libre, mais empêché de travailler à Paris
Auteurs
  • Hervé KEMPF
Éditeur
Reporterre
Date
Titre
Gaspard Glanz - « On cherche à me tuer économiquement »
Auteurs
  • Emilien URBACH
Éditeur
L'Humanité
Date
Titre
Le journaliste Gaspard Glanz libre de couvrir les manifestations
Auteurs
  • Kicesse ZOULOU
Éditeur
Reporterre
Date