La route en poche

Le dernier roman de Cormac McCarthy vient de sortir en poche. L'occasion de découvrir un récit post-apocalyptique qui a eu les faveurs du grand public. Sauf que la dite édition a semble-t-il été fabriquée avec les pieds !

Il ne s'agit pas de simples coquilles : mots coupés en plein milieu d'une ligne, pronoms absents ou fusionner avec le verbe qui suit, la première moitié du livre est truffée de ce type d'erreurs quasiment à toutes les pages. Et on ne parle pas ici de l'opuscule d'un obscur auteur tiré à une dizaine d'exemplaires ni d'une petite maison d'édition qui n'aurait pas les moyens d'assurer la bonne tenue de ses ouvrages...

Comment a-t-on pu laisser imprimer la version poche d'un roman si important (je ne parle pas ici du contenu mais simplement de l'audience de l'ouvrage - prix Pulitzer 2007 - et du statut de l'auteur) avec de telles énormités ? C'est assez pitoyable, à moins que la version « grand format » est elle aussi souffert de telles approximations, ce qui serait encore pire !