Portugal(0)-France(1)

Cruelle demi-finale pour un français d'origine portugaise comme moi. J'aurai préféré une victoire - de l'une ou l'autre équipe - plus nette. Et que les commentaires médiatiques soient plus mesurées.

Revenons d'abord sur l'action qui a amené le seul but du match, le penalty de Zidane :

  • Oui, Carvalho fait faute sur Henry dans la surface de réparation, donc penalty.
  • Oui, Henry se laisse tomber. La faute était insuffisante pour l'arrêter mais suffisante pour le freiner. Henry est dés lors incertain de pouvoir récupérer le ballon s'il poursuit l'action. Et s'il ne marque pas, il n'est pas sur que l'arbitre revienne à la faute pour siffler penalty.

Les règles du football sont ainsi faites : l'avantage n'est pas toujours jugé correctement et la plupart des arbitres rechignent à revenir à la faute lorsqu'ils l'ont accordé. Ajouter à une multitude d'autres facteurs, ce Mondial aura été l'occasion de se poser toujours plus de questions sur une éventuelle évolution du jeu (une brève à ce sujet bientôt).

Par ailleurs, on a beaucoup entendu parlé de la « sale mentalité » de l'équipe portugaise, notamment dans les exécrables journaux télévisés du vendeur d'espace de cerveaux disponible. Comme je le rappelais à l'occasion du match Portugal / Pays-Bas, la mentalité des portugais peut se résumer comme suit : « vous jouez réglo, on joue réglo ; vous jouez aux cons, et vous trouverez à qui parler ! ». Les Hollandais avaient joué aux cons, et ils ont trouvé leurs maîtres. L'équipe de France a joué au football ; les Portugais ont fait de même. Les remarques limite xénophobes de la presse française et d'un Pernaud puant de chauvinisme me restent donc en travers de la gorge, et c'est peu dire.

Néanmoins, je ne passerai pas sous silence trois actions dés plus détestables, se concrétisant par des plongeons dignes des championnats du monde de natation exécutés par Ronaldo (qui a dit « on a l'habitude » ?!), Pauleta (il s'est crû dans un match PSG / Clermont-Ferrand ?) et Postiga (). Et c'est là que le Portugal a perdu le match : au lieu de rechercher une faute imaginaire sur la dernière passe, des joueurs aux qualités techniques si criantes auraient dû rechercher le but ! Les Lusitaniens avaient largement les moyens d'égaliser. S'ils ne l'ont pas fait, ils ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes et ne pas chercher de bouc-émissaire.

image du match

L'image que je garderai de ce match. Crédit photo: AFP.

Des sentiments mitigés donc au terme de cette demi-finale, mais je ne bouderai pas mon plaisir de voir les Bleus disputés la finale du Mondial 2006. Et je garderai en mémoire l'unique image du match qui en vaut vraiment la peine : l'accolade des deux capitaines et ex co-équipiers madrilènes Luis Figo et Zinedine Zidane. Rendez-vous samedi et dimanche pour les derniers matchs internationaux de ces deux immenses footballeurs.

Enfin, pour terminer sur la polémique des « vieux » qui a pollué les commentaires de la presse française et étrangère, regardons simplement qui a été désigné « homme du match » des trois dernières rencontres - désignations amplement méritées :

  • 1/8e de finale Espagne(1) - France(3) : Patrick Viera.
  • 1/4 de finale Brésil(0) - France(1) : Zinedine Zidane.
  • 1/2 finale Portugal(0) - France(1) : Lilian Thuram.

A ces trois noms j'ajouterais celui de Willy Sagnol, remarquable de bout en bout sur chaque match. Côté portugais, je retiendrais pour l'ensemble du tournoi : Miguel (Andrade), Maniche et Figo (j'aurai pu aussi mettre Meira, mais ces tacles aux niveaux des oreilles ont fini par m'exaspérer).