Comment mener un débat avec un créationniste

C'est un sujet de désaccord dans le monde scientifique : comment se comporter vis-à-vis des allégations antiscientifiques ? Faut-il débattre et démontrer par le raisonnement l'incohérence de certaines pratiques et/ou idéologies, ou simplement ignorer les tenants de ces disciplines pour ne pas leur accorder d'importance ?

C'est une question loin d'être tranchée, et chaque scientifique agit selon ses convictions et/ou ses positions du moment. A titre d'exemple, l'astronome Phillipe Zarka, après avoir participé au débat sur l'astrologie, a jugé préférable de ne plus s'engager dans ce type de polémiques. Quand on connaît les finesses rhétoriques de ceux qui ont « l'art de ne jamais avoir tort », on peut le comprendre.

Mais voici finalement le type de débat qui pourrait convenir : face aux antiscientifiques, la meilleure technique serait de retourner leurs propres arguments contre eux. C'est ce qu'à fait Cog, ingénieur informatique américain, dans un dialogue fictif non dénué d'humour entre un scientifique et un défenseur du Design Intelligent dont je vous propose ici la traduction française.

Je reviendrais par ailleurs plus en détail sur ce mouvement « Intelligent Design ». Sachez juste qu'il s'agit d'un avatar moderne du créationnisme qui pose actuellement quelques problèmes aux scientifiques et aux enseignements américains (l'idéologie de l'administration au pouvoir à la Maison Blanche n'étant pas étrangère à ces difficultés).

Nota : je ne suis pas traducteur professionnel, et même si mon niveau d'anglais est convenable, cette traduction est un travail imparfait où des mots, des expressions n'ont sans doute pas trouvé leur équivalent rigoureux en français. Ma formation scientifique, ainsi que ma « pratique » du discours pseudo-scientifique, ont néanmoins permit d'éviter les contresens et d'assurer la cohérence du fond si ce n'est de la forme.

Modérateur :
Nous sommes réunis aujourd'hui pour débattre de la nouvelle controverse à la mode opposant l'évolution au Design Intell

(Le scientifique brandit une batte de baseball.)

Modérateur :
Hey, que faites-vous ?

(Le scientifique brise la rotule du défenseur du Design Intelligent.)

Défenseur du Design Intelligent :
YEAAARRRRGGGHHHH ! VOUS M'AVEZ CASSÉ LA ROTULE !
Scientifique :
Apparemment, tous les faits accréditent l'hypothèse que je viens de vous briser la rotule. Par exemple, votre rotule est brisée ; cela semble être une blessure récente ; et je brandis une batte de baseball qui est maculée de votre sang. Néanmoins, une simple prépondérance de faits ne signifie rien. Peut-être que votre rotule était destinée à se briser. Il y a à n'en pas douter certains aspects de la présente situation qui échappe à l'analyse « naturaliste » que vous venez de formuler, comme l'exact nature de l'horrible douleur que vous ressentez en ce moment même.
Défenseur du Design Intelligent :
AAAAH ! LA DOULEUR !
Scientifique :
Franchement, je trouve cela très improbable que le comportement aléatoire d'un scientifique comme moi puisse causer une douleur si particulière. Je ne saurai expliquer pourquoi je trouve l'hypothèse improbable - c'est comme ça. Votre genou était destiné à se casser !
Défenseur du Design Intelligent :
ENFOIRÉ ! C'EST VOUS QUI L'AVEZ CASSÉ !
Scientifique :
Certainement pas. Comment pourrions-nous en être sur ? Franchement, je pense que nous devrions présenter au public tous les points de vue. De plus, vous devriez revérifier si votre hypothèse est scientifiquement correcte : votre genoux s'est cassé dans le passé, donc nous ne pouvons pas rembobiner le temps et revoir la scène, comme dans une expérience de laboratoire. Même si nous le pouvions, cela ne prouverait pas que je vous ai cassé la rotule la première fois. Enfin, ne parlons pas du fait que l'univers tout entier a bien pu être créé juste avant que je ne prononce cette phrase, avec toutes les preuves de ma prétendu culpabilité pré-formés.
Défenseur du Design Intelligent :
Tout ça n'est qu'un tissu de conneries sophistes ! Envoyez-moi un docteur et un avocat, pas forcément dans cet ordre, et nous verrons comment ça se passera au tribunal !
Scientifique (se tournant vers le public) :
Nous y sommes, mesdames et messieurs : quand ils sont poussés dans leurs derniers retranchements, les avocats du Design Intelligent ne croient absolument plus aux arguments qu'ils défendent par ailleurs. Quand il s'agit d'un sujet qui les touche, ils préfèrent les faits, la méthode scientifique, des hypothèses vérifiables et les explications « naturelles ». En fait, ils privilégient de loin les explications « naturelles » aux abracadabras surnaturels ou aux élucubrations métaphysiques. C'est uniquement à travers leur croisade idéologique et ses oeillères distordant la réalité qu'il accordent du crédit aux arguments ridicules et sans consistance qu'ils brandissent si souvent. Je dois avouer que cela fait du bien d'être, pour une fois, celui qui déblatère des conneries sans queue ni tête ; c'est tellement plus facile et relaxant, comparé à la rigoureuse organisation d'arguments soutenus par des faits empiriques. Mais j'ai peur que si je continuais sur cette voie, cela deviendrait une mauvaise habitude, néfaste pour mon âme. Par conséquent, je vous dit Adieu (en français dans le texte. NdT.).

Source : Cog, « The only debate on Intelligent Design that is worthy of its subject », The Abstract Factory, 18 octobre 2005. Traduit par Rui Nibau, le 23 octobre 2005. Original et traduction diffusés sous licence CC By-Sa.