On va pas se priver !

Ce jour-là, Médiapart n'eut pas un mot pour s'étonner des 17 perquisitions contre les militants de « La France insoumise » et trois de leurs prestataires, ni pour les motifs, ni pour la méthode. Pas un mot d'étonnement sur le déploiement de cent policiers avec les méthodes réservées au grand banditisme, ni la perquisition au domicile du Président d'un groupe parlementaire d'opposition, de la saisie de tout le contenu de l'ordinateur de la Secrétaire Générale du groupe, pourtant aucunement concernée par les deux dossiers bizarrement joints qui servaient de prétexte à cette razzia. Pas un mot contre la confiscation d'ordinateurs ou de leur contenu intégral, rien contre la capture du fichier d'adhérents au Parti de Gauche, pas un mot contre l'interdiction faite aux responsables d'être présents pendant la perquisition du siège de « La France insoumise ». J'en passe et non des moindres.

(...)

Le danger du moment demande au contraire de prendre la mesure de ce qui se passe bien au-delà de nos mauvais souvenirs. Devant l'exigence d'une justice impartiale et juste, face à l'exigence de la liberté de la presse, on ne règle pas de compte avec ses adversaires politiques. Il faut donc comprendre que le coup porté contre la rédaction de Médiapart en annonce d'autres contre d'autres rédactions. Les perquisitions politiques contre « La France insoumise » ouvraient la porte à celle de Médiapart. Ce qui est fait à Médiapart prépare d'autres mauvais coup de même nature contre d'autres médias ou d'autres formations politiques. Une telle pente est sans retour quand elle est prise. Le silence moutonnier des députés macronistes montre qu'ils sont prêts à tout avaliser. La Macronie est devenue dangereuse pour la liberté. En attestent la violence de la répression contre les manifestants, les pressions sur la justice pour le prononcé de peines très lourdes contre les gilets jaunes. En attestent la série de lois liberticides de Belloubet et Castaner. En attestent les délires du Président de la République sur le rôle de Poutine dans l'insurrection des gilets jaunes et son mépris de classe devenu incoercible. En atteste l'état de siège dans lequel vit notre pays sous la main de cette équipe au pouvoir « par effraction » selon l'expression de son propre chef. Mais que Médiapart n'oublie pas ses erreurs s'il veut être utile au moment qui commence. Nous, nous n'oublierons pas que nos principes doivent profiter aussi à nos adversaires, même les moins sympathiques. La République, comme la liberté, ne se divise pas au gré des moments.

Titre
Perquisition Médiapart - l'État autoritaire s'affole
Auteurs
  • Jean-Luc MÉLENCHON
Éditeur
L'ère du peuple
Date

Lire aussi ce fil de Juan Branco.

Titre
Comme un lundi de perquisition à Mediapart
Auteurs
  • Daniel SCHNEIDERMANN
Éditeur
Arrêt sur images
Date