Je suis la guerre

Je suis fatigué, fatigué de voir la succession des « Je suis » (une ville européenne, les autres sont visiblement de catégorie empathique inférieure), fatigué des bisous, des bougies, des « continuons comme avant ». Je ne suis pas insensible, tout cela est sympathique et même nécessaire, je suis juste fatigué et affligé de constater, qu'accompagné de fausses postures, cela constitue un substitut au combat. Le pathos c'est bien, l'écrasement de l'ennemi c'est mieux.

Titre
Je suis la guerre
Auteurs
  • Michel GOYA
Éditeur
La voie de l'épée
Date