Lien du 07 août 2012 à 18:00

Depuis le début de ces Jeux, Nelson Monfort offre un spectacle assez horripilant pour le téléspectateur. Présent à l’arrivée des épreuves de natation, dès qu'il attire dans ses rets un champion épuisé par l'effort, élu ou battu, commence le Nelson Show. On ne voit que lui, on n'entend que lui. Les questions sont interminables, les superlatifs fleurissent comme la vérole sur le bas clergé du 17e siècle, les déclarations d'amour se succèdent en un rythme effréné : "Tout le monde vous aime !", "Tout le monde vous adore !" répète à longueur d'auto-interview Nelson, devant des athlètes (notamment Yannick Agnel) jamais dupes de ce show confiscatoire de leur performance, mais bien élevés. Pour tout dire, Nelson Monfort est saoulant, et on regrette d'être obligé de l'écrire aujourd'hui, quand bien même on a le sentiment de se faire le porte-parole de la majorité de moins en moins silencieuse. Et on se s'étendra pas sur la fameuse question posée à Ophélie-Cyrielle Etienne, tout juste sortie avec la médaille de bronze du bassin du relais 4x200m et à qui Nelson Monfort a parlé sans ménagement de la disparition de sa mère.

Titre
Gerard Holtz et Nelson Monfort : la fin des dinosaures de la télé ?
Auteurs
  • Bruno ROGER-PETIT
Éditeur
BRP HD
Date

Moi, maintenant, quand arrive le moment de « l'interview » de Nelson Monfort, je zappe...