Lien du 03 décembre 2010 à 20:00

Cantona pense faire la révolution sans violence en effondrant les banques. Mais c'est qu'il n'a pas idée des violences du chaos matériel qui suivrait. Si le blocage institutionnel et le verrouillage par le bloc hégémonique rendent chaque jour un peu plus probable l'issue qu'un « bon » système politique a normalement pour vocation de tenir aussi éloignée que possible, à savoir le débordement insurrectionnel, toutes les insurrections ne se valent pas. Et si vraiment violence il devait y avoir, plutôt celle qui permet de reprendre les institutions confisquées (ou d'inventer de nouvelles institutions) que celle qui nous jetterait les uns contre les autres dans des luttes pour la survie matérielle. Qu'elle le dise de travers n'empêche pourtant pas la sortie de Cantona d'avoir son fond de justesse : les tyrannies ont rarement le bon goût de quitter d'elles-mêmes la scène de l'histoire et seuls des rassemblements de force adéquats peuvent les en expulser. La finance a régné 25 ans, c'est plus qu'il n'en faut pour dresser un bilan, et le bilan dit : c'est assez. La particularité de l'époque réside en ceci que la tyrannie impersonnelle de la finance collabore activement à son propre renversement puisque, par une sorte de nécessité interne qui confirme, en la poussant à son comble, sa vocation à la destruction sociale, elle est sur le point de tout engloutir et paradoxalement jusqu'à elle-même. Les Romains disaient que « ceux que Jupiter veut perdre, il commence par les rendre fous » – nous y voilà. La perspective de chocs immenses n'est pas gaie, mais qu'à la face de l'histoire il revienne entièrement aux fous de l'avoir fait advenir. Et que les autres en tirent le meilleur parti, celui du moment décisif où leur joug se lève, éventuellement de s'être autodétruit, et où ils peuvent enfin se dire que « c'est notre heure ».

Titre
Ne pas détruire les banques : les saisir !
Auteurs
  • Frédéric LORDON
Éditeur
La pompe à phynance
Date