Ordre et désordre

Le détenteur de l’autorité quand il sanctionne ne dit pas : je te punis parce que tu es une merde (une racaille, un voyou). Il dit : je te punis parce que tu as mal agi. C’est temporaire, tu peux t’amender, et je compte bien que tu le feras à l’avenir puisque justement tu N’ES PAS une merde (une racaille, un voyou), tu n’es pas condamné dans une essence définitive. Mon autorité sanctionne ton acte, pas ta personne, intacte dans sa dignité, et donc susceptible de réintégrer le droit chemin que je te propose, et dont je t’estime digne.

Judith Bernard, « Spectacle de l'ordre, forces du désordre, Big Bang Blog, 29 mars 2007.