L'homme des jeux

Publication

Couverture

Achat
Prix
7.10 €
Lu

Edition

Editeur
Le Livre de Poche
Date
Langue
Français
Format
Pages
479
ISBN
978-2-253-07185-3

Original

Titre
The player of games
Sous-Titre
Editeur
Macmillan London Limited
Date
Langue

Commentaires

Le 2013-03-26

Gurgeh est un citoyen de La Culture, vaste civilisation galactique libre, anarchique et libérale, plusieurs fois millénaires, et accessoirement joueur professionnel. C'est à ce titre qu'il est choisis par Contact, le service de la Culture chargé d'entrée en contact avec des civilisations extérieures, pour participer à un jeu qui constitue le socle et le ciment culturelle d'une de ces civilisations : l'Empire.

L'Empire est un monde vraiment curieux pour un citoyen de la Culture : hiérarchies strictes et rigides, lois, interdits, inégalités entre les espèces et les sexes ; une véritable barbarie. Mais seul le jeu à de l'intérêt pour Gurgeh, et il finit même par trouver à l'Empire certaines qualités. Son compagnon drone ne manquera cependant pas de lui montrer l'envers du décor : pauvreté, maladie, tortures...

Contre toute attente, Gurgeh réussit à passer les tours dans le jeu de l'Azad, jusqu'à arriver au tour final, sur la planète de feu - ravagée par une coulée de feu tous les 6 mois et un brasier planétraire tous les 11 ans, où il affornte l'empereur Nicosar lui-même ; et l'Azad n'est pas un simple jeu où un statut social se gagne ou se perd : celui qui arrive au bout devient Empereur. Et Gurgeh finira par contre toutes les implciations géopolitiques du jeu, car il ne s'agira plus là de son affrontement avec Nicosar mais bien l'Empire contre La Culture.

Si je me suis décidé à acheter ce livre - et à le lire - ce n'est pas tant à cause de l'histoire, je ne suis pas fan de Space Opera outre mesure, mais bien pour découvrir cet univers de La Culture créé par Iain Banks. Il sait plutôt bien raconter des histoires et, après les 80 premières pages d'exposition où un novice comme moi peut comprendre par petites touches ce qu'est La Culture, découvre Gurgeh, son monde, ses amis - relations, nous voilà embarquer vers l'Empire et on a plus envie de lâcher le roman. Le tour de force de Banks est ici de nous faire ressentir l'étrangeté de cet Empire, donc de placer le lecteur du point de vue de La Culture alors même que les moeurs de l'Empire sont plus proches des nôtres que ceux de Gurgeh. L'art du jeu est décrit et vécu sans que Banks nous assomme avec un descriptif abscons de règles. Seul compte le ressenti, le but des coups joués et des statégies. L'attrait de la découverte de l'étranger, de l'autre, reste cependant limité car, que ce soit l'Empire ou La Culture, les modèles de sociétés nous sont familiers.

Il n'y a pas vraiment de suspense, tant il nous apparaît que Gurgeh a réussi à maîtriser le jeu en à peine 2 ans de formation (lors du voyage vers l'Empire) aussi bien que les Azadiens eux-même, qui y jouent depuis leur naissance. L'affrontement final avec l'empereur Nicosar est classique, grandiose mais classique. Tout au plus reste-t-il quelques questions sur ces drones qui « servent » les citoyens de La Culture mais qui sont bien plus intelligents qu'eux ; et on se demande si la vie de Gurgeh n'a pas été programmé / orienté par Contact dés sa naissance, 60 ans plus tôt, lors de la découverte de l'Empire.

Au final, une lecture agréable qui devrait sans doute s'enrichir en décrouvant d'autres récits de La Culture.