Les veilleurs

Publication

Couverture

Achat
Prix
19.90 €
Lu

Edition

Editeur
J'ai Lu
Date
Langue
Français
Format
Souple
Pages
538
ISBN
978-2-290-09796-0

Original

Titre
The Best of Connie Willis
Sous-Titre
Editeur
Date
Langue
Anglais

Résumé

Propulsé en 1940 à Londres par le professeur Dunworthy sans la moindre préparation, John Bartholomew intègre la brigade des veilleurs du feu, ces héros qui ont sauvé la cathédrale Saint-Paul des bombes allemandes… À cette époque, de nombreux Londoniens se réfugiaient dans le métro, dont plusieurs stations portent aujourd’hui encore de bien curieux stigmates… Et tandis que d’autres vont chercher la mort beaucoup plus loin, sur les rives antiques du Nil, certains accueillent en eux la présence des dieux à têtes d’animaux pour en faire un commerce fort lucratif… Voici quelques-uns des thèmes abordés dans ces neuf nouvelles et courts récits primés – parmi lesquels « Les veilleurs du feu », préquelle au roman Black-Out et au cycle temporel –, qui donnent à voir un aperçu complet des talents de conteuse de Connie Willis.

Contentu

Une lettre des cleary 4/5

Une nouvelle très courte autour d'une ado de 14 ans qui semble avoir les problèmes de toute ado de 14 ans avec sa mère ou son grand frère. Sauf qu'elle vit dans un monde particulier...

Au Rialto 2.5/5

Un séminaire sur la physique quantique qui se passe à Hollywood, un lieu de grande incertitude quantique. Rien de bien transcendant la-dedans. Les commentaires de Connie Willis sur la nouvelle sont plus intéressant que le texte lui-même.

Mort sur le Nil 2.5/5

Une bonne idée de départ, une femme dans un groupe de touriste en Egypte qui se rend compte peu à peu que tout ne tourne pas rond, et qu'ils sont peut-être tous morts et que la découverte des rites funéraires égyptiens, c'est peut-être bien pour leur propre mort. C'est le genre d'histoire dans lequel quelqu'un comme Neil Gaiman excelle. Ici, on voit trop les défauts d'écriture de Connie Willis, la verbosité et le tricotage pour ne rien dire, sans réussir à installer une atmosphère angoissante.

Les veilleurs du feu

A lire...

Infiltration

A lire...

Même sa majesté

A lire...

Les vents de Marble Arch

A lire...

Tous assis par terre

A lire...

Le dernier des Winnebago

A lire...

Commentaires

2015-06-06
J'ai commencé à lire Les veilleurs juste après avoir fini All clear. Je n'aurai peut-être pas dû. j'ai arrêté de lire le recueil à la 4e nouvelle (Les veilleurs du feu) ; un peu de lassitude. Connie Willis est peut-être comme toutes les bonnes choses : il ne faut pas trop en abuser :-). Je reprendrai sans doute la lecture plus tard dans l'année.