Gravité

Publication

Couverture

Achat
Prix
8.10 €
Lu

Edition

Editeur
Le Belial
Date
Langue
Français
Format
Poche
Pages
348
ISBN
9782266195386

Original

Titre
Raft
Sous-Titre
Editeur
Date
Langue
Anglais

Le début...

C'est suite à l'implosion de la fonderie que la curiosité de Rees envers son univers devint insupportable.

Commentaires

Même si je ne suis pas trop fan de space-opera, Gravité m'a semblé un bon moyen de poursuivre mon exploration des univers de Stephen Baxter. Malheureusement, le roman est une bonne illustration d'un travers assez courant dans le domaine de la science-fiction : de bonnes idées narratives mal exploitées. Ainsi, Baxter imagine une nébuleuse gazeuse autour d'un trou noir massif où des humains (ou descendant d'humains) se sont installés. On extrait du fer à la surface d'une étoile à neutrons. La nébuleuse possède toute une biosphère dont on ne perçoit cependant que la surface ; on y croisent des « arbres volants » et des « baleines », et Rees, le personnage principal, se prend à un moment pour Jonas. Bref, de nombreuses bonnes idées mais trop souvent mal ou pas assez exploitées. La société humaine qui s'est (re)créé dans cet univers, avec son organisation économique ou ses tensions sociales n'est que très partiellement décrite. La vie sur le « Radeau », dont on discerne d'ailleurs très mal les contours tout au long du roman, celle dans la ceinture d'extraction minière autour de l'étoile à neutrons, ou celle des « osseux » ressemblent vraiment à un décor de façade, sans profondeur.

Un rapide mot sur les personnages et l'histoire : les rebondissements sont nombreux mais s'enchaînent de manière mécanique et trop prévisible. Au terme du premier quart du roman, on devine déjà les grandes lignes. On se dit alors qu'on va se rattraper sur les personnages ; malheureusement non : la psychologie est limitée et caricaturale, les dialogues sont profondément insipides.