Cérès et Vesta

Créateurs

Auteurs

Publication

Couverture

Divers

Achat
Prix
3.99 €
Lu

Edition

Editeur
Le Bélial
Date
Langue
Français
Format
ebook
Pages
120
ISBN
978-2-84344-782-2

Original

Titre
The Four Thousand, the Eight Hundred
Sous-Titre
Editeur
Date
Langue
Anglais

résumé

(4e) Cérès d'un côté, Vesta de l'autre. Deux astéroïdes colonisés par l'homme, deux mondes clos interdépendants qui échangent ce dont l'autre est dépourvu — glace contre roche. Jusqu'à ce que sur Vesta, l'idée d'un apartheid ciblé se répande, relayée par la classe politique. La résistance s'organise afin de défendre les Sivadier, cible d'un ostracisme croissant, mais la situation n'est bientôt plus tenable : les Sivadier fuient Vesta comme ils peuvent et se réfugient sur Cérès. Or les dirigeants de Vesta voient d'un très mauvais œil cet accueil réservé par l'astéroïde voisin à ceux qu'ils considèrent, au mieux, comme des traîtres… Et Vesta de placer alors Cérès face à un choix impossible, une horreur cornélienne qu'il faudra pourtant bien assumer…

Commentaires

Je le répète encore une fois : si les romans de Egan sont parfois un peu lourd à digérer, il est un maître absolu en matière de récits courts, nouvelles ou, comme ici, novella. Cérès et Vesta n'échappe pas à cette évidence : en quelques phrases, quelques mots, quelques images, il nous expose avec justesse une civilisation « ceinturienne »(1) installée sur Cérès et Vesta depuis environ un siècle, leur échanges commerciaux eau contre roche. Mais là tout comme dans Zendegi par exemple, la technologie et la science ont moins d'importance que la politique ou le sociétal. Ici, nous sommes face à une « nation vestienne » qui instaure la discrimination d'une partie de sa population, forçant les victimes soit à se rebeller soit à fuir vers Cérès. Et voilà que la directrice du port se retrouve devant un dilemme humanitaire et politique inextricable.

C'est simple, c'est juste et émouvant jusqu'au bout.