Notecase

Attention : les informations contenues dans ce document sont anciennes et peuvent être obsolètes.

Depuis l'arrêt du développement de Keynote, je cherche (en vain) un outliner sous Linux capable de le remplacer. Je n'ai toujours pas trouver de véritable successeur mais Notecase semble s'en rapprocher de plus en plus. Alors que mon premier test du logiciel, il y a 8 mois, m'avait quelque peu laisser sur ma faim, les fonctionnalités de la dernière version sont beaucoup plus intéressantes.

Titre
NoteCase 1.5.2
Auteurs
  • Miroslav Rajcic
Date
OS
Linux, Windows, Zaurus
Licence
BSD
Langue(s)
Anglais, français et autres

Attention: Note : Le développement de la version gratuite de ce logiciel a été arrêté à la version 1.9.8. L'auteur du projet se consacre dorénavant à la version payante NoteCasePro.

Caractéristiques du programme

Capture d'écran

Capture d'écran de Notecase 1.4.5.

L'interface graphique de Notecase est dés plus classique pour un outliner : une fenêtre centrale contenant le texte et un panneau latéral présentant l'arborescence hiérarchique du fichier. Développée avec la librairie graphique GTK+ 2, le logiciel s'intègre naturellement au bureau Gnome sous Linux.

Format des fichiers

Les fichiers Notecase sont de simple fichiers HTML avec une imbrication de listes de définition dl pour représenter la hiérarchisation des notes. Toutes les informations supplémentaires nécessaire au programme (adresse des icônes d'illustration, historique des vues, etc.) sont stockées sous forme de commentaires.

Il est par ailleurs possible de chiffrer les fichiers et donc de les protéger par mot de passe. Ce chiffrement (algorithme Blowfish) est accompagné d'une compression.

Fonctionnalités d'édition

Voyons d'abord les propriétés d'« outlining » :

  • Arborescence hiérarchique à plusieurs niveaux avec plusieurs notes racines.
  • Possibilité de déplacer les noeuds manuellement ou de les trier automatiquement.
  • Addition d'icônes aux noeuds, soit celles embarquées par le programme soit des icônes personnalisées (au format xpm).

Mais ce qui marque le plus par rapport à la version précédemment testée, c'est surtout la multitude de nouvelles fonctionnalités d'édition du contenu :

  • Formatage du texte (gras, italique, souligné et mise en couleur).
  • Configuration de la taille et du type de police ainsi que de la couleur de fond pour la zone d'édition et pour l'arbre hiérarchique.
  • Possibilité d'insérer des images.
  • Possibilité de créer des liens vers des sources extérieures (fichiers ou pages web) mais aussi vers d'autres noeuds du document en cours.
  • Possibilité d'attacher des fichiers externes à tous les noeuds d'un document (à ne pas confondre avec les notes virtuelles de Keynote).
  • Association de mots-clés aux notes.

Portabilité et relations avec d'autres programmes

Le format de fichier de Notecase (non chiffré) étant du simple HTML, il est aisé d'ouvrir les documents avec n'importe quel éditeur de texte, voir de les visualiser avec un navigateur web. L'exportation peut donc se faire en HTML ou en texte simple. Côté importation, Notecase comprend notamment le format des fichiers GJots2.

Autre caractéristique intéressante : une version portable de l'application (pour Windows), ce qui permet de l'utiliser dans sa Framakey par exemple. Les fichiers Notecase créés sous Windows sont identiques à ceux créés sous Linux, le seul point un peu gênant de ce double emploi étant les icônes illustrant l'arborescence : comme elles sont identifiées par des adresses absolues et que l'adressage sous Windows n'a rien à voir avec celui sous Linux...(1)

Quelques restrictions

Ce rapide survol des fonctionnalités de Notecase ne doit cependant pas caché les quelques faiblesses dont le programme souffre encore : l'application est plutôt stable mais certains points restent à améliorer.

On pourra regretter par exemple que le formatage du texte se traduise dans le code HTML par des balises br pour les sauts de ligne (au lieu de paragraphe p) ou des balises b pour la mise en gras, i pour l'italique, font pour la mise en couleur et u pour le souligné, l'utilisation de ces deux dernières étant déconseillée depuis HTML 4.01. On remarquera aussi quelques bugs au niveau de la syntaxe lorsque l'on imbrique plusieurs mises en forme ou dans le raccourci-clavier associé à la mise en italique (ctrl+i) qui… ouvre la fenêtre d'importation !

Autre petite bizarrerie d'édition : glisser/déposer un morceau de texte sélectionné ne le déplace pas mais le copie.

Le bug précédemment relevé sur l'ouverture du fichier d'aide est corrigé mais pas celui de la localisation de l'application ; j'ai pourtant testé une version compilée par mes soins (la version portable, sous Windows donc, se francise très bien). On peut aussi noter que s'il est possible de placer l'application dans le systray, le clic sur l'icône ne ramène pas l'application au premier plan sous Windows.

Enfin, Notecase étant développé en C, il souffre d'un petit désavantage par rapport à d'autres outliners comme Zim ou Newton, écrits en langage interprété (respectivement perl et python) et dans lesquels on peut facilement aller modifier des portions de code afin d'adapter le programme à ses besoins.

Bref, tout un tas de petits détails, certains fort dispensables mais qui facilitent grandement une utilisation quotidienne.

L'avenir

Notecase est devenu à l'évidence un outil performant en 8 mois de développement. Il ne possède pas encore tous les atouts de Keynote mais il s'en rapproche peu à peu tout en bénéficiant de qualités qui lui sont propres, comme le fait d'être multi-plateforme. Le rythme de diffusion semble régulier (une mise à jour par mois) et parmi les fonctionnalités à venir, on peut retenir l'intégration de la correction orthographique et la possibilité d'ouvrir plusieurs documents dans la même instance du programme (ce qui se rapprochera de la forme multi-notes de Keynote).

On pourrait aussi penser à quelques fonctionnalités supplémentaires :

  • Définir le logiciel qui ouvre les liens.
  • Faciliter l'association d'icônes aux noeuds.
  • Ajouter une barre d'état.

Un logiciel à suivre de près.