Lémédias

Cover

Travail de regroupement des liens sur une unique page. Absolument pas exhaustif et il aurait beaucoup, beaucoup d'autres choses à dire, sur la diffusion du savoir scientifique ou la crétinisation des masses par exemple ; mais c'est un aperçu assez juste de ce que m'inspirent les médias français mainstream aujourd'hui. (Voir ici pour ce qui s'est passé lors des élections de 2017 et ici pour les alternatives).

Des milliardaires achètent la presse. Puis ils se payent un président. Et ensuite ils se remboursent avec une loi qui baisse les salaires.

Bassounov 05 juin 2017

Presse française

Titre
Presse française : qui possède quoi
Auteurs
  • Marie BEYER
  • Jérémie FABRE
Editeur
Le monde diplomatique
Date

Médias françasi

Titre
Le pouvoir d’influence délirant des dix milliardaires qui possèdent la presse française
Auteurs
  • Agnès ROUSSEAUX
Editeur
Basta! Mag
Date

Voir « Information et culture » pour les alternatives.

Les GAFAM

Dans une expansion généralisée de ses mesures visant à censurer Internet, Google a supprimé les principaux sites Web et journalistes de gauche de sa plate-forme d’agrégation d’articles d’informations, Google News.

Titre
Google renforce la mise sur liste noire des sites Web et des journalistes de gauche
Auteurs
  • Andre DAMON
Editeur
WSW
Date

Décodex et Fake news sont sur un bateau

Titre
First France, Now Brazil Unveils Plan to Empower the Government to Censor the Internet in the Name of Stopping “Fake News”
Auteurs
  • Glenn GREENWALD
Editeur
The Intercept
Date

Il fallait d’abord que la presse de service s’abuse considérablement quant à son propre crédit dans la population pour s’imaginer en rempart de correction, elle dont la mission d’intoxiquer n’est même plus vécue comme une mission tant elle est devenue une nature seconde.

(...)

De quoi en effet l’État s’occupe-t-il essentiellement désormais ? De deux choses : le service du capital, et le contrôle des populations.

(...)

C’est en ce point précis que les deux processus de fusion, interne et externe, se rencontrent, au moment où les médias se retrouvent intégrés dans la grande division du travail de surveillance, et comme délégataires d’une nouvelle mission de maintien de l’ordre – de l’ordre des esprits.

(...)

On était Samuel Laurent ou Cédric Mathiot quand même, c’est-à-dire pas n’importe quoi, et voilà qu’on se réveille comme chef de bureau à la sous-direction de la vérité au ministère de l’intérieur. Technicien de surface chez Facebook à la rigueur, mais cadre B de la fonction publique, non.

(...)

Il n’y avait plus que l’idéologie professionnelle de la corporation pour croire à cette vaste blague de la presse contre-pouvoir, quand tout atteste qu’elle est passée entièrement du côté des pouvoirs.

(...)

Avec Macron tout est devenu très clair, tout a été porté à un suprême degré de clarté. L’État est présidé par un banquier, il offre au capital le salariat en chair à saucisse, il supprime l’ISF, il bastonne pauvres et migrants, dix ans plus tard et après n’avoir rien compris, il rejoue la carte de la finance.

Titre
Macron décodeur-en-chef
Auteurs
  • Frédéric LORDON
Editeur
La pompe à Phynance
Date

L’affaire fait grand bruit et a de quoi : Macron lors de ses vœux à la presse a annoncé vouloir amplifier la lutte contre les « fake news » sur internet et sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, avec la mise en place d’un contrôle et des sanctions judiciaires accrus. Mais contrôle de quoi exactement ?

Titre
Derrière la chasse aux « fake news » , les médias indépendants visés
Auteurs
  • Maly DRAZKAMI
Editeur
Révolution permanente
Date

L'ignorance c'est la force

Grace à eux je n’ai donc plus rien à perdre. Toutes ces gardes à vues et ces privations de libertés, ces procès qui s’enchainent une fois par mois, ce contrôle judiciaire, ces pointages au commissariat chaque semaine à l’autre bout du pays, ces convocations incessantes, ces arrêtés d’interdictions illégaux, ces obstructions à mon travail, ces vols et destructions de matériel, ces menaces de morts émanant même de policiers et de gendarmes sur leurs profils Facebook, ces petits coups de pressions par la police en civil dans la rue, ces petites « visites de vérification » chez mes proches…

Titre
Requiem for a dream : Taranis News va ralentir les publications jusqu’en septembre
Auteurs
  • Gaspard GLANZ
Editeur
Taranis News
Date

Avant d’entrer dans le vif du sujet, le directeur de cabinet s’est fait insistant en nous précisant qu’il attendait de nous une totale confidentialité sur le contenu de ces discussions, expliquant que si la CGT communiquait avec la presse, les informations délivrées par le gouvernement se réduiraient au minimum.

Titre
COMPTE RENDU première bilatérale sur la loi Travail
Auteurs
  • CGT

Le parti médiatique (qui n'existe pas)

Corée de l'ouest

« Une semaine normale dans la presse de Corée de l'Ouest », Olivier Berruyer, 17 mars 2018.

Parmi les questions qui traversent les débats publics contemporains, celle du « pouvoir des médias » est particulièrement mal et confusément posée. Derrière cette notion de « le pouvoir des médias », jamais précisément définie, deux théories fondamentalement contradictoires du rôle et du poids des médias dans le monde social cohabitent au gré des conjonctures, sans s’affronter nécessairement, et coexistent parfois par bribes dans les mêmes discours. La notion de « 4è pouvoir », devenue une expression consacrée, sous-entend que les médias exercent effectivement un pouvoir quasi institutionnel de pivot du fonctionnement démocratique. Dans le même temps, les éditocrates, qu’ils soient pris en flagrant délit de parti-pris ou simplement intoxiqués par leur propre idéologie professionnelle, considèrent que les « informations » qu’ils produisent sont de fidèles miroirs du monde, absolument neutres vis-à-vis des réalités qu’ils reflètent en toute objectivité, et qu’elles ne sauraient donc exercer aucun pouvoir. Tout à l’inverse, une longue tradition théorique tend à considérer « les médias » comme le deus ex machina des sociétés modernes, capables de faire les élections et de défaire les régimes, de modeler « l’opinion » en s’immisçant dans les consciences qu’ils sont sensés informer.

Autant d’interprétations qui charrient leur lot d’idées fausses et d’idées reçues, ainsi que de représentations implicites de la profession journalistique qu’il s’agit de déconstruire pour comprendre de quel type de pouvoir peuvent réellement se prévaloir médias et journalistes. Produit de l’observation et de la sociologie critique des médias [1], cette analyse des causes et de la portée des dérives de l’information est un préalable indispensable à la transformation nécessaire du monde médiatique.

Titre
Le pouvoir des médias : entre fantasmes, déni et réalité
Auteurs
  • Blaise MAGNIN
  • Henri MALER
Editeur
Acrimed
Date

Les Nouveaux Chiens de garde, de Serge Halimi, s’attaquaient aux gradés des médias. Voici venu le tour de la piétaille : Les Petits Soldats du journalisme, ces défenseurs malgré eux de l’ordre médiatique, entraînés par le Centre de formation des journalistes.

Titre
Les Petits Soldats du journalisme de François Ruffin (présentation par l’auteur)
Auteurs
  • François RUFFIN
Editeur
Acrimed
Date

Chez David Pujadas comme chez Bruce Toussaint ou Yves Calvi, les meilleurs experts, les plus grands éditorialistes se relaient pour saluer la réforme ferroviaire du gouvernement. Au nom d'un remarquable principe, l'égalité : il serait trop injuste que les cheminots ne puissent jouir de la précarité des salariés du privé.

Titre
La réforme de la SNCF jugée salutaire à l'unanimité des éditorialistes
Auteurs
  • Samuel GONTIER
Editeur
Ma vie au poste
Date
Titre
Soudaine passion de la presse pour le sort d'une confrère
Auteurs
  • Rouslan GAUCHET
Editeur
La physis
Date

Les gardiens de nos médias CAC 40 ont une rhétorique bien rodée pour se garder de toute critique, et continuer à passer pour des héros des libertés publiques tout en oeuvrant à verrouiller le système d’information français. Demi-vérités, mythes éculés ou mensonges éhontés, certains de leurs arguments s’avèrent hélas encore très efficaces auprès du public. Voici comment s’armer intellectuellement contre ces pseudo-évidences en sept leçons.

Titre
Sept idées fausses sur les médias
Auteurs
  • Aude LANCELIN
Editeur
Le feu à la plaine
Date

Alain Accardo est sociologue, maître de conférences à Bordeaux-Montaigne et chroniqueur régulier pour l’excellent mensuel « La Décroissance ». Il vient de faire paraître, dans la collection Cent mille signes des éditions Agone, un essai intitulé « Pour une socioanalyse du journalisme ». Pour ce spécialiste de Pierre Bourdieu, hors de question de penser que les journalistes participent à un grand complot pour protéger l’ordre libéral établi ou qu’ils obéissent docilement aux injonctions de leurs richissimes actionnaires. Selon lui, les journalistes se contentent simplement d’être eux-mêmes, c’est-à-dire une « fraction emblématique de la nouvelle bourgeoisie intellectuelle », qui est née dans le système, en vit et tient à le faire perdurer. Par son analyse aussi pertinente qu’originale, Alain Accardo nous livre un état des lieux saisissant de la presse actuelle, qui parlera à n’importe quel pigiste précaire, mais également des pistes − possibles, exigeantes, radicales − pour mettre en place, demain, un vrai service public d’information.

Titre
Presse bourgeoise, ultralibérale, aux ordres… État des lieux et perspectives avec Alain Accardo
Auteurs
  • Ludivine BÉNARD
Editeur
Le Comptoir
Date

Le degré exact de liberté dont jouissent les titres que nous évoquons, très faible, je l'ai bien connu de l'intérieur. Dans une telle presse, il y a une pensée autorisée, et une pensée interdite. C'est du maccarthysme au sens le plus classique du terme. J'ajoute que chacun devrait connaître ses limites, tout de même. Les journalistes chargés de mettre en place le Décodex ont-ils le cadre intellectuel suffisant pour déterminer ce qu'on a le droit ou non de penser sur des situations aussi mouvantes et complexes que celle qui règne aujourd'hui en Syrie ? Qu'un groupe comme Le Monde demande à des journalistes de desk, pour certains issus de sites d'infotainment, de dire la messe sur des affaires aussi importantes est en soi un symptôme. Je plaide à leur égard l'indulgence, ce n'est décidément pas de leur faute… Compte tenu de l'énormité de ce qu'on leur demande, que peuvent-ils faire sinon reprendre la doxa officielle ?

Titre
Une discussion avec Aude Lancelin sur l'état (désastreux) de la presse hexagonale
Auteurs
  • Romain GONZALEZ
Editeur
Vice
Date

Mélenchon / LFI bashing

Titre
Fin de vie : comment « Le Monde » cherche à rendre invisible la France insoumise
Auteurs
  • Antoine LÉAUMENT
Editeur
Le Bon Sens
Date

D’un peu je me faisais lyncher. En effet « France Info », la chaine de la « honte nationale » en continu, a fulminé une bulle d’excommunication contre moi dès ce matin-là. Elle révéla un de mes crimes les plus odieux en période d’affliction obligatoire. Je n’aurais « rien dit » sur Johnny. Donc je mépriserais le peuple. Plusieurs moutons médiatiques enragés se sont aussitôt jetés sur une aussi belle occasion de mettre en marche leurs pompes à clics.

Titre
La semaine folle
Auteurs
  • Jean-Luc MÉLENCHON
Editeur
L'ére du peuple
Date
Titre
7 mois de bashing médiatique anti-Mélenchon
Couverture
Couverture
Auteurs
  • Antoine Léaument
Date
Editeur
Le bon sens
Titre
D’abrutis à médiacrates : du calme !
Auteurs
  • Jean-Luc MÉLENCHON
Editeur
L'ère du peuple
Date
Remarque
A la base je voulais mettre des extraits mais le papier est à lire du début à la fin sans en perdre une ligne. Il dit à la perfection ce que m'inspire les médias de masse actuellement.

Il était fréquent, en URSS, que les opinions politiques dissidentes soient jugées comme des troubles mentaux, et que les opposants soient internés de force dans des hôpitaux psychiatriques pour y recevoir un traitement, par exemple l'administration de neuroleptiques. Souvent, ceux-ci étaient désignés comme schizophrènes, c'est-à-dire souffrant d'incohérence et de fractionnement de la pensée, fréquemment associés à de la paranoïa. C'est très pratique : assimiler une pensée différente à de la folie, permet de la discréditer et de la marginaliser immédiatement ; il en va de même pour des comportements qui déplaisent. Une pratique réservée à la dictature soviétique ? Si en France, aujourd’hui, on n'interne pas les opposants pour folie, le Parti Médiatique n'hésite pas nous faire part de ses diagnostics.

Titre
Psychiatrisation de Mélenchon : une méthode récurrente dans la presse
Auteurs
  • Rouslan GAUCHET
Editeur
La Pysis
Date

Les Echos censurent jusqu’à mon port de cravate parce que, soi-disant, je passerai « le plus clair de mon temps à dénigrer ce journal ». Bon, d’abord, j’ai vraiment plein d’autres choses à faire dans la vie qu’injurier la gazette de Bernard Arnault. Mais est-il si insultant de la considérer comme un quotidien patronal ?

Titre
Ruffin censuré aux Echos (Bernard Arnault)
Editeur
francoisruffin.fr
Date

Dans nos grands médias audiovisuels, l'interview politique d'un représentant d'une gauche syndicale ou politique [1] un tant soit peu combative est un exercice d'une confondante uniformité, prenant le plus souvent la forme d'une joute oratoire entre le journaliste et son invité [2]. Une joute à armes inégales, non pas simplement en raison de l'hostilité plus ou moins franche des tenanciers des plateaux, mais avant tout par la force de contrainte des dispositifs des émissions, dont les enchaînements ininterrompus de questions et de nouvelles thématiques ne permettent jamais qu'on approfondisse un sujet ou qu'on s'arrête sur une réponse, quand l'invité réussit seulement à en donner une sans être coupé.

(...)

Il aurait aussi bien pu s'agir de Ruth Elkrief, Olivier Galzi, Arnaud Leparmentier ou Yves Calvi [6] ; cela aurait aussi bien pu se produire sur RTL, France 2, Europe 1 ou BFM TV ; l'invité aurait aussi bien pu se nommer Philippe Poutou, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Martinez, ou même Benoît Hamon (quand il représentait encore un relatif « danger de gauche » à l'occasion de la primaire socialiste). Si cette « interview » politique est remarquable, ce n'est pas pour son originalité, mais au contraire pour la parfaite banalité de ses procédés, allant de coupures intempestives en sous-entendus chercheurs de « petites phrases », le tout en prétendant « poser des questions », énumérées de telle sorte qu'aucune réponse ne puisse y être apportée calmement.

Titre
De l'art de saboter une interview politique
Auteurs
  • Florent MICHAUX
Editeur
Acrimed
Date

Même les morts

Copie d'écran

Revue de presse de H. Jouan, 2017-05-26, France Inter, citant un article de A. Chemin paru dans le magazine M (Le Monde). Parce qu'une cérémonie funéraire en total accord avec les souhaits du défunt et où on chante « Grândola vila morena », c'est une manifestation sectaire… Les répugnantes immondices de l'éditocratie n'ont plus de limites sur France Inter et Le Monde, pas même la mémoire d'un mort.

Pour se rappeler qui était François Delapierre, la vision d'un journaliste ;

Titre
François Delapierre et sa radicalité placide s’en sont allés
Auteurs
  • stéphane ALLIÈS
Editeur
Le blog de Stéphane Alliès
Date

Celle d'un camarade et ami :

Titre
Camarade François Delapierre... ! Présent, pour toujours et à jamais !
Auteurs
  • Alexis CORBIÈRE
Editeur
Le blog politique d'Alexis Corbière
Date

Et la prise de parole de jean-Luc Mélenchon lors des funérailles :

Titre
Hommage à François Delapierre
Auteurs
  • jean-Luc MÉLENCHOIN
Editeur
Le blog de jean-Luc Mélenchon
Date

Et sur la vomissure en elle-même, elle ne date évidemment pas d'hier :

Pour la deuxième fois en quatre ans, M, le magazine du Monde a décidé de consacrer sa « une » à Jean-Luc Mélenchon. Et, pour la deuxième fois en quatre ans, il s’agit de tenter de salir celui qui a réuni plus de 7 millions de voix à l’élection présidentielle autour du programme L’Avenir en commun.

Titre
Le magazine du «Monde» vomit (encore) sur Mélenchon
Auteurs
  • Antoine LÉAUMENT
Editeur
Le Bon sens
Date