Tag: libre

Notes (8)

Libre depuis 10 ans

En Janvier 2003, j'ai ma première connection internet. Une semaine après son installation, mon ordinateur est nettoyé de la plupart de ces logiciels propriétaires, remplacés par des logiciels libres...

Bénévolat et Open source

J'ai reçu un bien curieux email aujourd'hui, ce qui m'a incité à coucher sur papier ce qui me semble évident depuis des années dans la notion de collaboration au sein des logiciels libres mais qui reste - apparemment - encore obscur pour certaines personnes, tellement obscure qu'on finit par me demander de bosser gratos !

Digital Universe, Wikipédia et séant en position instable

More generally, what very many Web 2.0 thinkers fail to realize is that it is possible to distinguish openness, collaboration, and public participation on the one hand, from radical egalitarianism and near anarchy, on the other. The Digital Universe will demonstrate that it is possible to have the former without the latter.

Larry Sanger, « Correcting Some Misconceptions about the Digital Universe », Digital Universe, 19 janvier 2006.

Sur Framasoft : Vaincre la peur du Libre

A Framasoft, nous appelons souvent à utiliser des logiciels libres en lieu et place des logiciels propriétaires, quand l'alternative existe et qu'elle est qualitativement comparable. Le système d'exploitation n'étant finalement qu'un logiciel (presque) comme les autres, le but (in)avoué de la démarche reste de voir les internautes tenter la migration vers Linux.

La GPL est-elle soluble dans la libre culture ?

Autrement dit, les licences libres n'établissent pas de distinction entre une utilisation commerciale ou non commerciale des oeuvres; ce qui n'est pas sans gêner certains acteurs, y compris du secteur logiciel, puisqu'on y voit apparaître la pratique très particulière et très contestée de la double licence. Mais globalement, cette indifférence aux conditions économiques d'exploitation est rendue possible, quoiqu'en disaient il y a quelques années encore les détracteurs du logiciel libre, par les particularités du fonctionnement économique du marché du logiciel, soutenu en particulier par une demande professionnelle solvable, grosse consommatrice de services. Peut-il en aller de même pour d'autres secteurs de création? Rien n'est moins sûr, dans l'état actuel des choses en tout cas. En témoigne le succès, au sein des licences Creative Commons, de l'option "non commerciale", choisie par un grand nombre de créateurs. Les réactions venant de l'intérieur de la communauté du logiciel libre sont parfois très critiques à l'égard de ces pratiques; c'est même sur cette base qu'un grand nombre de reproches sont faits, de la part de ceux que l'on pourrait qualifier "d'intransigeants", aux licences Creative Commons, parfois présentées comme des simulacres de licences libres. Mais au delà du tour que pourrait prendre un débat entre réformistes et maximalistes, il est sans doute nécessaire de se pencher avec un peu plus de sérieux sur les conditions économiques dans lesquelles s'effectue la création. Il n'est pas certain qu'un compositeur, qu'un graphiste ou un écrivain exerce son art dans les mêmes conditions économiques qu'un développeur. Il est certain en revanche que les conditions économiques dans lesquelles les uns et les autres travaillent sont susceptibles de changer, et de manière non coordonnée au cours des années à venir tant il est vrai que les modèles économiques de ce qu'on pourrait appeler globalement "l'industrie de la propriété intellectuelle" sont encore loin d'être stabilisés, en particulier du fait de l'évolution des technologies.

Pierre Mounier, « La GPL est-elle soluble dans la libre culture ? », Homo Numericus, 23 juin 2005.

Articles (3)

Idéologie de bazar

Le développement des logiciels libres ressemble à un immense bazar a dit quelqu'un. Mais si le bazar est dans l'organisation, il est aussi quelque fois dans les têtes. Ou quand le monde du libre ne se réduit pas à Mozilla ou à Gimp et que l'idéologie qui le sous-tend à de biens curieuses affiliations.