Une solution au problème

La couverture médiatique des élections (présidentielle et législatives) a illustré de manière flagrante — s'il le fallait encore — l'absence quasi totale de pluralisme dans la manière de couvrir l'actualité. Face à ce problème, il est sans doute temps de changer de stratégie...

Je me suis finalement abonné au Monde diplomatique version numérique, pour 44 euros / an (3.6 €/mois). C'est un premier pas vers un changement progressif de stratégie : il ne s'agit plus seulement d'éviter de lire / écouter / regarder la plupart des médias de masse (télés, radios, quotidiens, hebdos) mais bien de financer / encourager / soutenir ceux dont on estime le travail. Le monde diplo en fait partie (et ça me ramène accessoirement quelques années en arrière puisque j'étais un lecteur régulier durant mes années de fac ; j'ai eu Ignacio Ramonet comme prof quelque temps ce qui explique peut-être).

D'ailleurs, c'est ce qui est décrit dans un papier du numéro de juin qui fait que je ne m'abonnerai pas à Mediapart, seul média a qui je faisais à priori confiance et qui m'a profondément déçu (enfin, le comportement et les propos assez détestables de deux de ses piliers : le fondateur Edwy Plenel et Fabrice Arfi). A contrario, certains médias dont je n'attendais rien ou pas grand chose se sont avérés plutôt impartiaux / équilibrés dans leur traitement de l'information ; c'est le cas du Hufftington Post ou de Slate (pour le peu que j'en ai vu / lu évidemment - ce ne sont pas des sites que je consulte régulièrement).

Je compte aussi m'abonner à Arrêt sur Image (45 €/an, 3.75 €/mois) et soutenir quelques autres publications, pour arriver à quelque chose comme ~ 20 € / mois, ce qui me semble raisonnable par les temps qui courent. Il faut définitivement intégrer le fait que ce système médiatique est aussi l'adversaire.