Dr Who addict

Ca c'est fait un soir d'hiver 2007 : j'allume innocémment la télé, sans rien attendre de particulier. Je zappe quelques minutes et, au détour d'une scène, me voilà devenu, comme des millions de britons, un fan inconditionnel du docteur...

Photo

Dr Who (David Tennant) et Rose Tyler (Billie Pipper), saison 2.

Dr Who, c'est l'histoire d'un extraterrestre, le « docteur », le dernier « seigneur du temps », qui voyage à travers l'espace et le temps à bord d'un vaiseau spatial (le Tardis) ayant l'apparence d'une cabine de police. Goutant peu la solitude, le bon docteur emmène toujours dans ses aventures un (une) compagnon de voyage, et les spéctateurs par la même occasion.

Diffusée depuis le début des années 60 en Grande-Bretagne, la série y est une véritable institution. Après un arrêt de quelques années, une nouvelle série a vu le jour en 2005, à raison de 13 épisodes par saison plus un épisode spécial à Noël.

Alors, c'est parfois un tantinet kitch, d'invraissemblables invraissemblances (même pour une oeuvre de science-fiction) émaillent souvent les scénarii, mais les histoires sont agréables à suivre, originales, et servies par une intéprétation sans faute.

L'intégralité des 3 premières saisons vient d'être rediffusée ces dernières semaines sur France 4, à un horaire pour le moins inadéquat (debut d'après-midi), ceci en préparation de la diffusion de la 4ème saison à partir de mardi soir. La chaîne avait eu la bonne idée de diffusée les précédents épisodes en version originale. Espérons que ce sera le cas aussi cette fois-ci.