Esclavage web 2.0, le retour