Soirée SF à la télé

Soirée télé placée sous le signe de la science-fiction. avec une Thema sur Arte et deux films sur la chaîne de l'entrepreneur en BTP.

Commençons par le mastodonte du box office : Minority Report (2002) de Steven Spielberg. J'ai du mal à comprendre pourquoi ce film a eu de si bonnes critiques à sa sortie. L'intrigue alambiquée (et non pas complexe comme certains voudraient le croire) et phagocytée par l'interprète principal (Tom Cruise) se réduit rapidement à une traque basique du héros persécuté. Le thème principal (une police mentale qui combat les crimes dans l'esprit des gens avant qu'ils ne les commettent) est très mal exploité et devient même une apologie du pouvoir en place, ou quand le système est bon pour le commun des mortels mais devient inefficace dés qu'il s'attaque aux membres du dit système. Si l'oeuvre de Spielberg se laisse regarder, on est bien loin du « classique de la science-fiction » claironné par la critique.

Photo du film

Matthew McConaughey dans Le règne du feu.

Le second film de la soirée est plus intéressant. Le règne du feu (Reign of fire), réalisé par Rob Bowman en 2002, se rattache au courant post-apocalyptique de la SF. Ici, l'événement fondateur est le réveil d'un dragon dans les sous-sols de Londres. Le meilleur exemple cinématographique de ce type de récit reste Mad Max mais Reign of fire, sans être un chef-d'oeuvre et sans éviter certains poncifs du genre, est un film de bonne facture. Entre une superproduction arrogante à l'idéologie douteuse et une série B divertissante et sans prétention, mon choix sera vite fait.

Sur Arte, la soirée Thema commence avec la diffusion à partir de 20h40 d'un film réalisé en 1978 par Peter Hyams, Capricorn one. Malgré un casting peuplé de seconds couteaux des « seventies » (Telly Savalas, Elliot Gould, James Brolin), le sujet est plutôt intéressant : la mise en scène par les autorités américaines d'un débarquement sur Mars. On pense tout de suite aux rumeurs qui ont circulé (et qui circulent encore, malheureusement) affirmant que l'homme n'a jamais posé les pieds sur la Lune. Je n'ai jamais vu ce film et les quelques extraits diffusés dans les bande-annonces de la soirée me font penser qu'il a beaucoup vieilli, mais je risquerais un oeil pour être, je l'espère, agréablement surpris.

La soirée se poursuivra avec deux documentaires, l'un constitué de témoignages d'astronautes ayant effectué des séjours prolongés dans l'espace (Plus loin que le bleu du ciel, 22h40), le second revenant sur l'épopée martienne de la sonde Spirit (Bienvenue sur Mars, 23h35). Nous revenons ici dans le giron de la science avec quelques percées prospectivistes sur un éventuel voyage vers Mars.