Réseau de confiance : les HonorTags

La confiance à accorder aux ressources internet marquées par des tags Technorati est une question que je ne suis pas le seul à me poser, loin s'en faut. Un grand nom du journalisme web, Dan Gilmor, propose même un début de solution : les HonorTags. Poursuite de la réflexion débuté avec « A propos des mots-clés : des réseaux de confiance ».

Le système pensé par Dan Gilmor et ses collègues, encore en développement, consiste à identifier des contenus web avec des marqueurs spéciaux, des « HonorTags ». Il en existe plusieurs, en fonction de la nature des documents, et doivent assurer le lecteur qu'il peuvent faire confiance à ce qui est écrit.

Il est un peu présomptueux de parler d'un projet qui est encore en construction. Pourtant, on peut déjà en voir les limites, simplement parce qu'il souffre des mêmes que le système Technorati classique.

Le niveau de contrôle est ici mal pensé : ce n'est pas au producteur du contenu de spécifier par un tag que ce qu'il écrit est digne de confiance. La confiance se gagne au fil du temps, aux vues du sérieux et de la pertinence des écrits. Je n'ai pas besoin d'un HonorTag pour savoir que je trouverai une information sérieuse en astronomie sur le site Bad Astronomy. Par contre, la présence de ce « tag d'honneur » ne m'assurera en aucune manière de la fiabilité de l'information ainsi identifiée : n'importe qui pouvant utiliser ce marqueur, rien ne me permet de vérifier - a priori - que son usage est pertinent. Le principe de bonne foi n'est absolument pas suffisant, et on en revient donc au point de départ.

C'est plutôt lorsque l'on souhaite lier des contenus qu'il faut justement pouvoir choisir vers quels sites on renverra ses lecteurs. C'est là que doit se tisser le lien, le « réseau de confiance », du côté appel de l'information, pas du côté production. Comme je l'ai expliqué précédemment, un service de « folksonomie » hypothétique baptisé « TrustLinking » vraiment efficace devrait permettre à l'utilisateur/producteur de contenu web :

  • De définir une liste de ressources auxquelles il souhaite se référer et auxquelles il fait confiance (le système des bookmarks publics).
  • De marquer son contenu avec un mot-clé (le système Technorati) qui renverra vers ces sources présélectionnées et non pas vers toutes les sources du web qui utilisent ce tag.

Si je marque une brève ou un article avec le mot-clé « évolution », je veux qu'il puisse emmener l'internaute vers des sites que je connais, auxquels j'accorde du crédit, et qui auront eux aussi publiés des contenus portant ce tag. Ces autres sites auront eux-mêmes leur propre réseau de confiance, qui plus que certainement différent du mien.

En résumé : avec le système Technorati classique, le mot-clé renvoie vers toutes les ressources web qui utilisent ce mot-clé, sans hiérarchisation ni discrimination pertinente de ces ressources; l'utilisation d'un HonorTag n'y changera rien. Avec le système de type « TrustLinking », le marqueur ne renverra que vers les ressources que vous avez préalablement définies.

Le producteur de contenu s'assure ainsi de la qualité des ressources (selon ses propres critères) qu'il communique à ses visiteurs. Ces derniers auront aussi une assurance en suivant le tag : s'ils accordent du crédit au site qu'il visite, ils pourront a priori aussi en accorder à ceux qui seront liés par le tag.

Mais ne préjugeons pas du projet des HonorTags avant de voir sur quoi il peut déboucher. Il faudra suivre son évolution au fil des semaines et, après une première période de mise en pratique, conclure sur sa viabilité.

Trustlinking

Avec Technorati, un tag identifie n'importe quelle source sur le web portant le même mot-clé. Avec un système type « TrustLinking », le tag ne renverrait que vers des sources que vous aurez sélectionné.

En savoir plus sur les HonorTag :

Brèves en relation :