Voleur d'images et de bande passante

En publiant sur le web, on s'expose à toutes sortes de mésaventures : piratage, plagiat, dénigrement, etc. Une de ces calamités, le « hotlinking », consiste à afficher sur un site des images mises en ligne par d'autres via un lien direct.

C'est ce qui vient de m'arriver avec une image de l'article « Charles Vess et Spiderman », reprise sur le forum d'un auteur de bande dessinée érotique dont je ne donnerai pas l'adresse (ce qui est une alternative simple au nofollow de Google).

Le problème ne vient pas de la reprise en tant que telle, même si l'absence de la mention du copyright - Marvel - et du nom de l'auteur - Charles Vess - est critiquable. Ce n'est même pas le lieu qui dérange (quoique certaines BD de cet « auteur » au trait puéril flirte de façon nauséabonde avec le thème de l'inceste). Non, c'est la manière de faire qui est exécrable et qui appelle deux types de commentaire.

D'abord sur la reprise d'un contenu créé par d'autres. Cela ne coûte rien de demandez la permission de reproduire un document quand on ne veut (peut) pas se satisfaire d'un lien classique. C'est par exemple ce que j'ai fait justement pour certaines images de cet article consacré au travail de Charles Vess sur Spiderman : j'ai contacté Michel Racaud, l'un des deux créateurs de l'indispensable Comics VF, qui m'a autorisé à reprendre quelques couvertures publiées sur son site. Il m'a même fournit des scans haute résolution de certaines d'entre elles.

C'est ce que nous faisons aussi systématiquement sur Framasoft quand nous reproduisons des articles publiés ailleurs sur le web, y compris lorsque la licence de diffusion ne nous y oblige pas. C'est la plus élémentaire des courtoisies.

J'ai déjà fait face à un épisode similaire il y a quelques semaines, avec la reprise de l'article « Sin City le film: premières impressions » sur un Skyblog (toujours pas de lien). Là encore, outre la forme (un « copier-coller inculte »(1)), c'est surtout le non respect de la licence de diffusion de l'article qui agace, alors même qu'elle permet la reproduction (sous certaines conditions).

Je le répète : cela ne coûte rien de demander l'autorisation de copier (ou, quand celle-ci est autorisée, de respecter les termes de diffusion). Vous recevrez peut-être un refus mais, dans 90% des cas, l'auteur original vous accordera sa confiance. Cette marque de respect, c'est ce qu'on appelle la Netiquette, les bonnes manières du réseau.

La seconde remarque concerne les conséquences du hotlinking. Pour le webmaster peu scrupuleux, le bénéfice est total : non seulement il profite de l'image que vous avez mis en ligne, mais il économise en plus de la bande passante puisque qu'à chaque fois que le document est chargé sur son site, c'est votre serveur qui « travaille ». Autrement dit, cela génère du trafic artificiel qui peut devenir handicapant pour vous.

Heureusement, une solution existe, par l'intermédiaire du fichier .htaccess. Il suffit d'y placer le code suivant :

RewriteEngine On
RewriteCond %{HTTP_REFERER} !^$
RewriteCond %{HTTP_REFERER} !^http://www.votredomaine.net/.*$ [[NC]]
ReWriteRule .*\.(gif|png|jpe?g)$ - [[F]]
Redirection pour éviter le « hotlinking ».

Cela n'empêchera pas le parasite de créer le lien (rien ne le peut), mais votre image ne s'affichera plus sur son site. La technique n'est cependant pas parfaite puisqu'elle peut aussi bloquer l'affichage des images sur le site original pour des internautes le consultant derrière un proxy ou un firewall. Si c'est votre cas, faites le moi savoir. Merci.

Titre
Mod_rewrite, ou la réécriture des URL "à la volée"
Auteurs
  • DAN
Editeur
Webmaster Hub
Date
Titre
Bandwidth Theft
Auteurs
  • Ross SHANNON
Editeur
Html Source
Date