Retour sur la « déclaration des droits des auteurs »

Retour sur une initiative qui a marqué le petit monde des comic books en son temps : la « déclaration des droits des auteurs ».

Al Nickerson nous propose de faire le point vingt ans plus tard à travers interviews et commentaires des principaux initiateurs du mouvement qui, à la fin des années 80, annonça le début de l'émancipation des auteurs vis à vis des maisons d'édition.

Pour comprendre le sens de cette initiative, il faut savoir que pendant plusieurs années, seules les maisons d'édition furent propriétaires des droits sur tout ce qu'elles publiaient. Les auteurs (scénaristes, dessinateurs) n'étaient ainsi que des employés dépossédés de leurs oeuvres. Superman n'a pas fait la fortune de ses créateurs par exemple, du moins pas avant que Jerry Siegel et Joe Shuster n'intentent un procès à l'éditeur DC Comics afin de recevoir une contrepartie financière à la hauteur du succès planétaire du boy-scout en slip rouge.

Au début des années 80, quelques grands noms du milieu tel Jack Kirby vont bousculer la « tyrannie » des éditeurs en réclamant leurs planches originales. Certains jeunes auteurs, Dave Sim et son Cerebus en tête, se lanceront même dans l'auto-publication pour couper définitivement les ponts avec ce système d'exploitation des artistes.

C'est sous l'impulsion de ce dernier qu'en 1986, un conciliabule réunissant Kevin Eastman et Peter Leard (créateurs de Teenage Mutant Ninja Turtle), Steve Bissette (auteur entre autre de Tyrant), Steve Murphy, Michael Zulli et John Totleben accouche d'un « manifeste créatif » témoignant de cette volonté d'émancipation.

Au cours d'une réunion ultérieure, Scott McCloud formalisera ces propositions dans une « déclaration des droits des auteurs », afin de définir de nouvelles relations plus saines entre créateur et éditeur et rendre à César ce qui appartient à César.

Al Nickerson dresse donc un bilan du mouvement en donnant la parole à Scott McCloud, Steve Bissette, Dave Sim, Rick Veitch et l'éditeur Denis Kitchen.

Références

En savoir plus

Pour poursuivre le débat