Une critique de Constantine qui confirme mes soupçons

Il est assez délicat de critiquer un film sans l'avoir vu. C'est pourquoi dans le cas de Constantine, je me suis contenté de quelques supputations basées sur la bande-annonce et le scénario, l'une en octobre 2004, la seconde quelques jours avant sa sortie française.

J'ai attendu de trouver le temp ou le courage de me rendre dans une salle de cinéma pour me faire une idée plus juste, en espérant voir infirmer une première impression a priori négative.

Malheureusement, vraiment rien de ce que j'ai pu lire ou entendre ne m'a décidé à franchir le pas. Et la dernière cuvée du fanzine québecois Solaris a finit de me convaincre d'économiser une dizaine d'euros : la critique du film par Daniel Sernine illustre en tout point ce que je redoutais.

Edit (26 avril 2005) : Ajout d'une critique de Joe Crowe beaucoup moins négative (mais qui ne m'a pas convaincu).

A lire :

  • Daniel Sernine, « Constantine », Solaris 154, printemps 2005.
  • Joe Crowe, « Constantine », revolutionSF, 22 mars 2005.