Serveur Wanadoo en rade !

Trois semaines ! trois semaines que le service technique de Wanadoo a fermé l'accès au serveur FTP permettant de publier les sites personnels. Cette période de maintenance avait été signalée suffisamment à l'avance pour qu'elle ne nous prenne pas au dépourvu. L'annonce était claire: du 03 au 17 janvier 2005, impossible de se connecter pour mettre à jour les pages web de son site. Sauf que la connection ne fût pas rétablie en temps et en heure, ni même les jours suivants. En guise d'explication, un simple message laconique dans l'interface d'administration: En raison d'un problème matériel, nous avons été dans l'obligation de décaler la remise en service des fonctions d'administration. Nous vous présentons toutes nos excuses pour la gêne occasionnée. Une seconde date, le 25 janvier, a bien été avancée mais pour disparaître aussitôt qu'on s'en est approché.

Ce manque de communication vis-à-vis des clients et d'efficacité technique est plutôt gênant de la part d'une entreprise de l'envergure de Wanadoo, actuellement leader sur le marché français des fournisseurs d'accès à internet. Il a été suggéré sur l'un des « forums » de l'entreprise qu'il pourrait s'agir d'une sournoise manipulation destinée à nous convaincre de souscrire à l'offre payante d'hébergement de site. Sans vouloir jouer les paranoïaques, l'épisode est assez troublant. Petite récapitulation des faits.

Lorsque vous souscrivez un abonnement d'accès à internet chez Wanadoo, vous disposez sur les serveurs d'un espace de 100 Mo pour publier un site web personnel. Sauf qu'il s'agit d'un service assez minimal puisque l'on ne peut développer des sites qu'à base d'HTML statique (ce qui m'a indirectement amené à écrire mon propre programme pour automatiser la création de pages web statiques). Et ne vous fiez pas à l'espace mémoire qui est alloué (100 Mo) : il me parait très difficile d'en occuper ne serait-ce que la moitié rien qu'avec des pages HTML brutes, même bourrées d'images (sauf si vous ne savez pas en optimiser la taille; mais même comme ça...). Pour pouvoir bénéficier d'une technologie aujourd'hui très répandue sur la toile mondiale, à savoir le PHP, un langage qui permet de créer dynamiquement des pages web à partir d'un contenu stocké dans une base de données, il faut payer un supplément de 9 euros par mois!

Si l'on compare cette politique tarifaire à celles d'autres FAI, on a vraiment l'impression que Wanadoo nous prend pour des buses ou des vaches à lait, c'est selon (mes plus plates excuses aux représentants de ces deux espèces qui consulteraient le site: nous autres humains avons tendance à transposer certains de nos comportements plus ou moins flatteurs sur la gent animale, comme pour les exorcicer)! Il n'est qu'à voir l'offre de Free qui propose par défaut la gestion d'un site web dynamique à tous ses clients (il n'est pas question ici de comparer les services effectifs, seulement les services proposés).

La situation est d'autant plus pénible si l'on va regarder du côté des prestataires de services spécialisés dans l'hebergement de site web. Je n'en citerai qu'un, dont on m'a toujours dit le plus grand bien: OVH. Une offre simple, qui contenterait 90% des webmestres amateurs qui publie un site personnel, revient à une vingtaine d'euros par an !

Je n'ai jamais vraiment eu à me plaindre des services de Wanadoo en tant que fournisseur d'accès à Internet. Les exprériences malheureuses ou gênantes que connurent des camarades avec d'autres fournisseurs d'accès ne m'ont d'ailleurs pas incité à aller voir ailleurs. L'hébergement du site est lui de plus en plus problématique. Opter pour la solution Wanadoo était la démarche la plus simple et la plus évidente, et une manière aussi d'optimiser mon abonnement. Mais outre le fait que l'on ne peut utiliser de langage dynamique comme PHP (sans payer un surplus) ou simplement définir une page d'erreur personalisée, cette période de maintenance qui s'éternise sera peut-être la goutte qui fait déborder le vase et m'anènera à résilier mon abonnement si cela se renouvelle. En tout cas je réflechi sérieusement à un hébergement professionnel.

Justement, mon engagement contractuel d'un an vient de se terminer...

Edit (25 janvier) : l'accès au serveur FTP est finalement rétabli dans l'après-midi, mais que très partiellement. L'interface d'administration du site elle n'est pas encore revenue.

Edit 2 (26 janvier) : l'interface d'administration est enfin accessible, et on y voit apparaître quelques nouveautés, comme la possibilité de définir une page d'erreur 404 personnalisée.