La France aujourd'hui

Et donc tu racontes : les attentats, l’état d’urgence, les perquisitions administratives, les assignations à résidence, les manifestations interdites, le « débat » sur la déchéance de nationalité, les 317 mises en garde à vue du 29 novembre, les élections et les scores du FN, Estrosi qui devient un résistant contre le fascisme, les résultats du FN dans la police et l’armée, les agressions islamophobes, la reconduction de l’état d’urgence sans débat, les restrictions des libertés publiques, les violences policières, l’acquittement du flic tueur par le tribunal de Bobigny, la situation des migrants de Calais, l’armée dans les rues, la violence du « débat public » et des éditorialistes, intellectuels et responsables politiques qui tirent à boulets rouges sur tout ce qui ne leur revient pas, la solidarité totale des Valls, Cazeneuve et autres avec les flics violents, les condamnations à de la prison ferme pour des manifestants ou des militants syndicaux, les flics qui ont droit de rentrer chez eux avec leur arme de service, les flash-balls, les canons à eau, le traitement médiatique des manifestations…

SALINGUE. Il y a quelque chose de – vraiment – pourri dans le royaume de France. Résister à l'air du temps,

GONTIER, Samuel. Manifs : les chaînes info dénoncent la passivité des forces de l’ordre. Télérama,

Un jeune photographe, Lewis Joly, présent au côté du Monde, est bousculé vers la sortie après avoir tenté d’immortaliser la dureté du moment. Le Monde subira le même sort, avec contrôle des cartes de presse, prise d’identité et signification d’une « entrave à évacuation », agrémentée d’un « on va s’occuper de vous ». En face, un peu impuissants, des gendarmes désolés de la tournure des faits sourient tristement. Quelques dizaines de minutes auparavant, l’un d’eux disait comprendre le désespoir de ces exilés. Il avait entendu celui d’un jeune Libyen racontant sa galère en France. Mais écouter et entendre se conjuguent différemment.

BAUMARD, Maryline. Expulsion manu militari des migrants du lycée Jean-Jaurès. Le monde,