Le journalisme de données

Derrière les "Panama papers", ses centaines de journalistes impliqués et ses milliers d'articles publiés, il y a une base de données. Un "leak" massif de 2,6 téraoctets (2 600 Go) transmis par une source anonyme à la Süddeutsche Zeitung et partagée au Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ). Confrontés à ce "basculement de l’investigation dans l’ère du big data", comme l'a écrit lundi le directeur du Monde dans son éditorial, les 110 médias partenaires de l'enquête ont dû abandonner le calepin et le crayon au profit d'outils informatiques avancés.

BARUCH, Jérémie ; VAUDANO, Maxime. « Panama papers » : un défi technique pour le journalisme de données. J'ai du bon data,