Dates : mai 2005

Notes (11)

Droits d'auteurs

L'accès aux créations est devenu, au fil de l'eau, l'objet de revendications consuméristes, voire d'une créance qui prend la forme d'un droit subjectif à la culture gratuite et pour tous, pourvu que s'éteignent les revendications bien moins légitimes des ayants droit. Sur un autre versant, la dilution de la responsabilité liée aux nouvelles technologies de l'information semble aboutir à ce que personne ne répond plus de rien. C'est ainsi que l'internaute est tenté de se défausser et de reporter sa responsabilité sur le fournisseur d'accès qui le soumet à la tentation moyennant abonnement forfaitaire. Comment sortir de cette spirale ?

Lucie Walker, David Forest, « Droits d'auteur, respectons les règles », Libération, 30 mai 2005.

Sur l'utilisation du terme pseudosciences

C'est une question récurrente : en dehors de celle qui consiste à s'interroger sur le bien fondé d'un dialogue avec les pseudosciences ou de leur consacrer des programmes de recherche, on arrive toujours à cette problématique du vocabulaire utilisé pour désigner des disciplines aussi disparates que l'astrologie, l'ufologie, l'archéologie mystérieuse, etc.

Les tentations maccarthystes de la blogosphère

Le problème avec la blogosphère c'est que vous n'avez pas le droit de faire un gros pet de travers, un pet qui s'entend, bien franc, bien direct : tout le monde le respire et le conspue. Mais tous ces petits vents pervers, sans odeurs, qui glissent comme des anguilles dans l'odorat de chacun et grimpent jusqu'au cerveau pour le ramollir, ceux-là peuvent continuer de s'insinuer.

Il n'y aucune règle dans la blogosphère, aucune charte. Chacun fait ce qu'il veut. Et pourtant il y a des censeurs qui jettent l'opprobre, des juges qui disent le bien et le mal, le droit et le tordu. Et ils le font au nom des autres, au nom d'une morale non écrite, de règles invisibles.

Luc Fayard, « Les tentations maccarthystes de la blogosphère », InfoTech, 22 mai 2005.