A propos de Wikipédia 2

Attention : les informations contenues dans ce document sont anciennes et peuvent être obsolètes.

Après m'être en partie planté dans ma critique du processus d'édition de Wikipédia, je reviens sur le sujet avec cette fois-ci, je l'espère, un peu plus de retenu, à la fois pour comprendre ce qui m'a échappé et ce qu'il me reste de réticences.

Retour sur un article écrit en octobre 2005 mais publié uniquement en mars 2006, où je tentais d'exprimer quelques-unes de mes réticences au projet d'encyclopédie libre Wikipédia. Le jour suivant sa publication sur Framasoft, Nojhan, un contributeur de Wikipédia, m'envoya un article pointant les erreurs commises dans mon raisonnement que je publiais donc à sa suite.

Les commentaires des internautes furent plutôt mesurés, dans un sens comme dans l'autre. Certains ont été un peu agressifs à mon égard mais, en fin de compte, justifiés à la fois par les erreurs et le ton un peu trop arrogant du texte. Petite tentative d'auto-critique.

1. Sur le système d'édition

Les points 2.1 et 2.2 passent en grande partie à côté du sujet. Ce n'est pas tant le rejet d'autorité qui coince puisque, comme l'explique Nohjan, l'important n'est pas ce que l'on sait mais ce que l'on peut apporter au projet. Et là, effectivement, chacun apportera ce qu'il est en mesure d'apporter.

Sur le protocole d'analyse (4) : si proposer de tester la puissance correctrice de la communauté en insérant des erreurs précises est - dans un absolu théorique (on fait varier les conditions initiales d'une expérience pour en observer les conséquences) - envisageable, c'est en effet critiquable dans la pratique puisque cela revient à dégrader le travail des autres. Quelques uns ont déjà mis ce protocole à l'épreuve ponctuellement et pour diverses raisons - bonnes (tester justement l'efficacité du système et évaluer la confiance à lui accorder) et moins bonnes (vandalisme gratuit et - malheureusement - récurrent).

Finalement, et nombres d'observateurs/acteurs de la toile mondiale l'ont relevé, ce n'est pas tant le processus éditorial de Wikipédia qui est en cause (sur ces points-ci) mais bien l'importance que les internautes - moi y compris - lui accordent. Et c'est un phénomène que les Wikipédiens ne peuvent malheureusement contrôler, malgré tous les avertissements formulées sur les pages du projet.

Aujourd'hui, les contributeurs de Wikipédia sont des gens mus par un idéal, une volonté sincère de diffuser un savoir. Je n'ai aucun doute quant à la capacité d'une communauté à construire au fil du temps une source d'information viable, même si l'absence de référents identifiés me laisse encore circonspect.

2. Les dernières réticences

Par référent (que d'autres appellent « experts »), j'entends une personne ayant accès à des sources d'information inaccessibles au « commun des mortels » (vous et moi), parce qu'elles sont publiées dans des revues confidentielles (pour le grand public), parce qu'elles nécessitent de payer des abonnements qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses (dont la mienne), etc. Les choses changent, notamment en sciences avec une initiative comme la PLoS, mais les « données primaires » se diffusent encore au compte-gouttes.

Cette absence de référent clairement identifié est à la fois préjudiciable pour l'utilisateur et pour le contributeur. C'est un blocage psychologique dont j'ai du mal à me débarrasser et qui explique aussi certaines maladresses de l'argumentation des points sus-cités.

Imaginons qu'un contributeur commette une erreur, en toute bonne foi, que seul l'accès à une telle source primaire puisse corriger. Il y aura-t-il un contributeur ayant accès à ces sources ? Si oui, quand l'erreur sera-t-elle corrigée ? 1 minute plus tard ?! 1 heure ? 1 mois ? Entre-temps, une petite fille de 14 ans sera venu à un instant T sur l'article Wikipédia pour terminer un devoir de classe à rendre le lendemain matin, emportant avec elle la fausse information sans se méfier puisqu'il s'agit d'une « encyclopédie » (même en « projet »)(1). Dans ce cas là, ne vaut-il pas mieux la diffusion d'une information incomplète (envisagée dans la conclusion du précédent article) plutôt qu'une information potentiellement erronée ?

Voilà pourquoi je ne serais sans doute jamais capable de contribuer à Wikipédia (j'en vois déjà qui en sont soulagés :-) en l'état actuel du système, de peur de commettre une telle erreur sans être certain que quelqu'un pourra la corriger, en un lieu qui devient une référence pour les internautes, tout en espérant que beaucoup d'autres trouveront la force et le courage de le faire.

Voilà pourquoi je serais toujours inquiet de voir surgir, non pas tant une autre « affaire Seigenthaler », mais des tentatives de désinformations plus pernicieuses (qui n'ont pas encore eu lieu, à ma connaissance) et ponctuelles, qui induiront en erreur les lecteurs à un moment T.

Already, Wikipedia instills a deeper fear than either Google or Microsoft did when they were at such a young age. It's the emerging king. Will it face the same scrutiny and fate as its predecessors as it expands? Certainly. But this time it will be far more difficult to slow. Yes, King Disruptor III - Wikipedia - might rule for years. And perhaps this may just be the way it was meant to be.

Steve Rubel, « Wikipedia is the Next Google », Micro Persuasion, 30 novembre 2005. (Notez le ton humoristique de l'article)

Voilà ce dont je suis victime, mais il faudra bien que je me débarrasse de ce sentiment.

3. Conclusion (définitive ?)

A vouloir critiquer les réactions épidermiques de certains, il faut aussi éviter de se laisser soi-même emporter trop loin, en restant prisonnier d'un dogmatisme ou d'une étroitesse d'esprit sur des sujets que l'on maîtrise mal.

Il faut avoir la foi semble-t-il. Peut-être ne l'ai-je pas assez, mais garder à l'esprit une frontière claire entre critique et arguments infondés est la moindre des choses. J'ai cru l'avoir fait ; j'ai eu tort pour certains points du précédent article.

Wikipédia est-elle une formidable opportunité de démocratiser le savoir ? Bien-sur. Wikipédia est-elle intrinsèquement, de part son principe d'édition, une plus mauvaise source d'information qu'une autre ? Non. Est-elle plus sujette à manipulation ? Peut-être...

Cette idée se fonde sur la confiance dans les autres contributeurs, (...)

Nojhan, « Wikipédia, une encyclopédie asymptotique », Framasoft, 02 mars 2006.

J'essayerai à l'avenir d'en témoigner un peu plus aux wikipédiens parce que, et ce n'était à l'évidence pas du tout clair, je préférerai voir le verre se remplir.