Eléctions 2017

Parce que j'ai besoin de garder une trace de ce qui se passe. Parce que le système ploutocratique dont les médias de masse sont le bras armé raconte depuis un an et demi environ une fable qui doit amener la baudruche médiatique libérale Macron à affronter la nationaliste libérale Le Pen au deuxième tour de la présidentielle et que le Méluche a été explicitement diabolisé (plutôt l'extrême-droite que l'écosocialisme). Contrer un an et demi de propagande sera difficile.

Insoumis à l'Assemblée

Melenshack FranceTvDésinfo

Vidéo

«NOS DÉPUTÉS LUTTERONT POUR PROTÉGER LE CODE DU TRAVAIL»

Pour son premier jour à l'Assemblée, Mr. Mélanchon a guillotiné des mathématiciens en brulant des drapeaux européens. #honte #nopasaran

Thierry Beysson, 21 juin 2017

Ma plus belle récompense de + d'un an de militantisme, contre calomnies et intox, mauvaise foi et mensonges des adversaires et des médias!

Louise de Lannoy

Au grand dam des médias, Mélenchon est député! Il signe ainsi l'ECHEC de la caste médiatico politique qui à tout fait pour l'expulser.

Louise de Lannoy, 20 juin 2017

Le leader du monde libre !

La macronie en folie

La secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a posté sur Twitter des photos mettant en scène sa traversée du quartier La Chapelle-Pajol à Paris, récemment cité dans une polémique sur le harcèlement de rue. Elle a vite supprimé ces clichés qui portaient bien leur nom…

VAMPOUILLE, Thomas. Quand la secrétaire d'État Marlène Schiappa ​met en scène sa traversée intrépide du quartier La Chapelle-Pajol. Marianne,

Propos polémiques, condamnations, enquêtes judiciaires… plusieurs candidats en ballotage favorable pour le second tour des élections législatives sont loin d'avoir des profils irréprochables. Tour d'horizon.

MAAD, Assma. Faux diplôme, plainte pour violences conjugales, propos homophobes: ces futurs députés En Marche qui traînent des casseroles. BuzzFeed News,

Dans le pays entier, des candidats de tous bords se sont plaints du refus des candidats En marche ! de débattre avec eux. Un phénomène si général qu'il semble dicté par une consigne nationale.

SOUDAIS, Michel. Les candidats macronistes ont fui le débat avec leurs concurrents. Politis,

C'est l'histoire d'un hold-up de 900 millions qui ne dit pas son nom. Et qui a totalement été ignoré pendant la campagne présidentielle. Alors que Macron s'apprête à se qualifier pour le second tour de l'élection présidentielle à en croire les derniers sondages, nous republions une information du Canard enchaîné qui date de 2015 et qui, malgré les 19 000 partages sur les réseaux sociaux l'année dernière, reste encore largement ignorée du grand public. A l'époque du vote de la loi Macron en 2015, Le Canard enchaîné avait découvert qu'un dispositif permettait aux cadres du CAC 40 d'économiser… 900 millions d'euros. C'est l'article 34 de la loi Macron que nous vous racontons ici.

Selon Le Canard enchaîné, Macron aurait accordé 900 millions d'euros de baisse d'impôts aux cadres du CAC 40. Politique.net,

Chouchou Premier

Notre leader !

Décidément, Vladimir Poutine semble prendre un malin plaisir à jouer le rôle de révélateur pour les Présidents de la République française. Avec Nicolas Sarkozy il avait fait montre de sa poigne comme l’avait expliqué un documentaire s’intéressant au président russe et diffusé il y a quelques mois sur France 2. De manière plus directe, il avait renvoyé François Hollande à son statut de Président souffrant d’une indécision chronique lors d’une séquence diplomatique à propos de la Syrie. En choisissant de recevoir Vladimir Poutine au château de Versailles après l’avoir vertement critiqué durant la campagne présidentielle – et critiqué par la même occasion et par procuration ses trois principaux adversaires – Emmanuel Macron a de nouveau offert le rôle de cavalier de l’apocalypse au président de la fédération de Russie.

BELKAID, Marwen. Emmanuel Macron et les médias français passés au révélateur Poutine. La plume d'un enfant du siècle,

Alors que le locataire de l’Elysée s’en est pris à RT lors d’une conférence de presse commune avec Vladimir Poutine, à Versailles, plusieurs hauts responsables du média russe ont souhaité réagir.

Rédactrice en chef de RT : les déclarations du président Macron menacent la liberté d’expression. RT,

Choucou Ier n'accepte que la propagande venant des ses organes de presse à lui : Le Monde, L'obs, Challenges, L'Express, BFM, CNews, France 2, France Inter, … et j'en oublie.

Dans la langueur d’un dimanche soir estival, les éditorialistes de BFMTV s’extasiaient du fantastique talent diplomatique d’Emmanuel Macron et de ses poignées de mains… jusqu’à ce que Bruno Jeudy finisse par lui trouver un très regrettable défaut.

GONTIER, Samuel. La fatale erreur de l’incroyable Emmanuel Macron. Ma vie au poste,

L’année 2015 a été la plus chaude jamais enregistrée à Paris ; en 2016, l’exposition Jeff Koons a attiré le plus grand nombre de visiteurs depuis la fondation du Centre Pompidou ; en 2017, les votes parisiens pour Emmanuel Macron ont atteint le score de 90%. Ces deux derniers records ne sont pas sans points communs : leurs détenteurs sont par leur parcours des professionnels de la persuasion. Jeff Koons a été courtier en matières premières à Wall Street et cette expérience l’a sans doute armé pour convaincre de riches amateurs – dont Bernard Madoff, qui purge depuis une peine de 150 ans de prison pour escroquerie – que ses lapins gonflables et ses cochons en sucre représentaient la pointe même de l’avant-garde. Emmanuel Macron a affuté à la banque Rothschild des capacités de conviction qui lui ont permis, entre autres, de piloter avec succès le rachat par Nestlé des laits en poudre de Pfizer pour quelque neuf milliards d’euros. Autre point qui les rapproche : le kitsch, dont un échantillon a été offert au peuple lors de la soirée des résultats au Louvre – Jeff Koons n’aurait pas fait mieux.

HAZAN, Éric. Performances. Lundi Matin,

Le renouveau, l’alternance, la modernité, voire même la révolution, sont autant de marqueurs dont use et abuse Emmanuel Macron. Mais cette image est une imposture grossière, construite par de vulgaires artifices de communication, qui instrumentalisent l’aspiration de millions d’électeurs et d’électrices. Pour quelles conséquences dans cinq ans ?

LEPERS, Elliot. L’inévitable trahison d’Emmanuel Macron. Medium,

Sous les habits neufs de M. Macron, le néo-libéralisme continue sans changer. Marginalisant l'écologie, et oubliant l'inégalité sociale.

KEMPF, Hervé. Macron, le président du vieux monde. Reporterre,

Vendu comme l'homme du « renouveau », Emmanuel Macron a profité de la peur du FN et de la faillite des partis traditionnels.

GARRIGOS, Raphaël ; ROBERTS, Isabelle. Élu produit de l'année. Les Jours,

Derrière l'apparence du renouveau, le candidat d'En Marche ! est le produit d'une longue tradition technocratique française. Et son succès précoce révèle une profonde crise de régime.

MANAC'H, Erwan. Emmanuel Macron, un garçon en or. Politis,

Je vous invite (ou pas) à voir ce sympathique film publicitaire d'1h30 sur la campagne de notre nouveau président miraculeusement diffusé en prime-time sur TF1 (à la place de Camping Paradis) le lendemain de son élection  :

Il faut battre les foules tant qu'elles sont encore chaudes et continuer à vendre le produit dans la perspective des législatives. Des millions de gens ont voté Macron par peur de Le Pen, sans adhérer au projet ou sans trop savoir ce qu'il défend ou entend casser. Ces trois catégories constituent l'écrasante majorité de ses voix au second tour.

MUSSET, Sébastien. Les coulisses cool d'une victoire. Après l'abondance,

lémédias

La macron-mania

L'obs - trac de propagande

Libération

Libération de 06 mai 2017. En fait, n'importe quel organe de presse les 6 mois précédent l'élection.

Journaliste engagé, le sociologue de formation revient pour nous sur les acoquinements entre le nouveau président de la République, les médias et les puissances d'argent.

BÉNARD, Ludivine. Macron et les médias, « un climat de pâmoison collective, quasiment masturbatoire » – un entretien avec Nicolas Framont. Vice,

Dans son supplément « Idées », daté du 27 mai, Le Monde s’intéresse à la « maîtrise de l’image » d’Emmanuel Macron. L’auteur de l’article, Frédéric Joignot, évoque notamment le travail de la photographe Soazig De La Moissonnière qui suit le nouveau président français « comme son ombre  » et capte quelques-uns de ses moments d’intimité (l’intéressé « seul face à un miroir, les yeux fermés, se concentrant avant un meeting de campagne  » ; avec François Bayrou, nouveau Garde des Sceaux, « juste avant leur alliance historique »...).

IRIGOYEN, William. Journalisme En Marche arrière. Acrimed,

Dans un article précédent – « Avant le premier tour, Le Monde n'aurait pas roulé pour Macron ? La complainte du médiateur » –, nous avions mis en évidence les contorsions du médiateur du Monde mobilisé pour nier l'évidence : Le Monde, comme c'est parfaitement son droit, a soutenu la candidature d'Emmanuel Macron. Liberté d'opinion, oui ! Tromperie sur la marchandise, non !

Emmanuel Macron est désormais Président de la République ! Personne ne songe à le contester. Mais de là à faire assaut de légitimisme, il y plus qu'un pas : un fossé. Légitimisme ? C'est-à-dire le soutien inconditionnel au pouvoir en place au nom de sa légitimité électorale. Le Monde est un quotidien légitimiste : c'est parfaitement son droit. Mais il ne fait aucun doute que le légitimisme ne fait pas bon ménage avec le journalisme. Comme on va le voir…

MALER, Henri. Le Monde d'Arnaud Leparmentier macronise la démocratie. Acrimed,

Emmanuel Macron, qui pendant des mois a été l'objet de l'intérêt unanime, systématique et complaisant de la presse, jusqu'à être parfois érigé en superstar médiatique, est donc qualifié pour le second tour de l'élection présidentielle. Un résultat qui n'aura sans doute pas trop fâché dans les principales rédactions nationales… Et certainement pas celle du Monde où le médiateur maison, Franck Nouchi, interpellé par nombre de lecteurs, a dû s'employer pour tenter de démontrer que son quotidien n'aurait pas soutenu le candidat d'En Marche ! Un article d'autojustification, riche en contorsions, dont on ne sait s'il apporte la preuve de l'indépendance farouche du quotidien vespéral ou de l'aveuglante mauvaise foi de son médiateur.

SANDRINE, Françoise ; ROQUES, Thibault. Avant le premier tour, Le Monde n'aurait pas roulé pour Macron ? La complainte du médiateur. Acrimed,

Le succès d'un candidat inconnu du public il y a trois ans ne s'explique pas seulement par la décomposition du système politique français. Inventeur d'une nouvelle manière de promouvoir les vieilles idées sociales-libérales qui ont valu au président François Hollande des records d'impopularité, M. Emmanuel Macron a trouvé dans les médias un solide point d'appui. Son histoire ressemble à un rêve d'éditorialiste.

BÉNILDE, Marie. Le candidat des médias. Le Monde diplomatique,

Le 8 mai, à la télé, la France s'est réveillée amoureuse d'Emmanuel Macron. De micro-trottoirs en analyses d'experts, impossible de résister au “pouvoir de séduction” de ce nouveau Kennedy christique.

GONTIER, Samuel. Pour Emmanuel Macron, la télé cultive sa déférence. Ma vie au poste,

Après avoir conduit une purge @lobs, @croissandeau appelle à voter @EmmanuelMacron http://bit.ly/2pipU7m Vive le journalisme asservi !

Laurent Mauduit, 20 avril 2017

Le méluche / insoumis.e bashing

Médias et France insoumise : pourquoi tant de haine ? Pour en discuter, Aude Lancelin reçoit Charlotte Girard dans La guerre des idées.

La France insoumise face aux médias soumis. La Guerre des idées,

Les chiffres le montrent : les contenus médias à tonalité négative ont été particulièrement nombreux en mai contre Mélenchon. Le problème n'est pas ici le manque de neutralité (illusoire) des médias, mais bien un manque de pluralisme des points de vue qu’ils expriment.

GUÉNOLÉ, Thomas. Oui, il y a bien un "Mélenchon-bashing" médiatique. Marianne,

Dans son édition du 30 mai 2017, « Quotidien », l’émission de Yann Barthès, présente les extraits d’une conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon. Avec à l’évidence un objectif : continuer dans la diabolisation de ce dernier entamée quinze jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, et qui n’a pas cessé depuis. « Quotidien » a donc pensé qu’en arrangeant ensemble des extraits, il pourrait raconter l’histoire voulue. Sauf que voilà : la conférence de presse toute entière a été filmée et mise en ligne sur la chaîne YouTube de Jean-Luc Mélenchon. Nous pouvons donc comparer les images diffusées par « Quotidien » avec ce qui s’est réellement produit.

LÉAUMENT, Antoine. Les montages malhonnêtes de «Quotidien» pour diaboliser Mélenchon. Le bon sens,

« Les méthodes des partisans de Mélenchon sont dégueulasses ». C'est signé Joann Sfar qui décrit dans Le Monde un univers totalitaire où l'on s'autocensure pour échapper à des hordes robotisées obéissant aveuglément à un bureau politique nommé Discord Insoumis. Sfar, sans citer ses sources, révèle qu'on lui a dit que les Insoumis pratiquaient « un matraquage comme même l'extrême droite n'a jamais osé. » Alors que la campagne présidentielle la plus indécise que la cinquième République ait connu entre dans ses dernières heures, ce sont des choses que nous ne pouvons pas laisser sans réponse. Revenons donc sur ces accusations invraisemblables.

TONNEAU, Olivier ; MéLAKA. Réponse à Joann Sfar : non, les Insoumis ne sont pas totalitaires !. Marianne,

Face au traitement médiatique douteux des médias français sur les gauches sud-américaines, un ensemble de chercheurs spécialistes de cette région du monde ont souhaité rectifier certaines contre-vérités dans cette tribune.

Non, l'Amérique latine n'est pas un épouvantail politique !. Politis,

En quelques jours, l'atmosphère de la campagne électorale présidentielle a bien changé ! C'est assez normal puisqu'elle approche de son terme. Un grand bouleversement s'y produit avec la percée de ma candidature. Désormais, on s'accorde à penser que je pourrais accéder au deuxième tour et que, dans cette hypothèse, je battrais très nettement madame Le Pen. Dès lors, beaucoup de nervosité s'est manifestée chez mes concurrents et chez plusieurs de ces commentateurs inamovibles une nouvelle fois pris à revers parce qu'ils n'avaient rien vu venir et parce qu'ils ne comprennent toujours rien à ce qui se passe. Du coup, plusieurs analystes et candidats ont totalement perdu leur sang-froid. L'ambiance me rappelle ce que nous avons connu en 2005, quand toute la caste des superstructures politiques et intellectuelles du pays s'était mobilisée dans une rageuse haine des tenants du « non » au référendum constitutionnel européen. La rage est de retour.

(...)

Mais vous mes amis qui me lisez, rendez-moi ce service : ne propagez pas par vos indignations les calomnies dont je fais l'objet ! Apprenez à reconnaître une bonne fois les trolls qui pourrissent vos échanges sur les réseaux sociaux et ne relancez pas sans cesse l'orage. Dans les polémiques, faites l'immense effort d'en rester toujours à des arguments rationnels. Et par-dessus tout souvenez-vous que l'humour et la dérision sont les diluants et les détachants les plus efficaces après les giclées salissantes !

MÉLENCHON, Jean-Luc. La rage est de retour. L'ère du peuple,

Les éditorialistes ont trouvé les responsables de la “dynamique Mélenchon” : les gens. Incultes, émotifs, irresponsables… Du “lierre rampant” (selon Christophe Barbier) tout juste bon à former des “masses populistes”.

GONTIER, Samuel. Les éditorialistes, des tuteurs de choix pour le lierre rampant des mélenchonistes. Ma vie au poste,

Heureusement que la journaliste-vedette de BFMTV est là pour analyser le programme du leader de La France insoumise...

GONTIER, Samuel. Mélenchon, c'est “l'URSS des années 50” (pour Ruth Elkrief). Ma vie au poste,

L'un des soutiens de Mélenchon, Clémentine Autain qui sèche sur l'Alliance Bolivarienne que souhaite rejoindre son candidat ?

VICUÑA, Manuel. Bolivar : Barthès après France Info, éternel retour d'une video tronquée. Arrêt sur Image,

Si lors de la campagne présidentielle de 2012 les médias dominants, et en particulier la presse de centre-gauche, avaient pris pour cible principale le candidat du Front de Gauche, à tel point que nous pouvions titrer « Les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon », il faut bien reconnaître qu'ils furent plus conciliants lors de l'édition de 2017… Du moins jusqu'à ce que les sondages lui soient plus favorables. Ce fut alors un déferlement de commentaires hostiles, outranciers et grossièrement partisans – un véritable cas d'école de journalisme de compétition (sondagière) et de prescription (des options politiques légitimes).

REYMOND, Mathias. Les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon (bis repetita) ?. Acrimed,

SI PROCHES, SI LOIN - Alors que ses opposants politiques rappellent depuis quelques jours son admiration pour Hugo Chavez, que partageait vraiment Jean-Luc Mélenchon avec le défunt président vénézuélien ?

RONDEL, Antoine. Jean-Luc Mélenchon et Hugo Chavez : économie, Poutine, Constituante… les points communs, les différences. LCI,

Le Président de la République a prétendu que la « campagne sent(ait) mauvais »[1]. Peut-être, mais pas pour les raisons qu'il a avancées.

Non, si la campagne « sent mauvais » c'est parce qu'elle révèle des attitudes et des comportements qui sont inadmissibles et qui témoignent d'une évolution grave pour la démocratie. Le dénigrement systématique, le mensonge et l'amalgame sont aujourd'hui devenus monnaie courante. Ces méthodes odieuses et scandaleuses sont aussi reprises par une partie de la presse, et ici nous pouvons dire que la démocratie est réellement en danger. Ce danger ne vient pas du « populisme » de certains, qui ne fait qu'exprimer l'immense colère populaire qui monte depuis des années et qui s'exprime à l'occasion de ces élections présidentielles. Le véritable danger pour la démocratie provient au contraire de ce comportement odieux des politiques et de cette partie de la presse qui cherche à déconsidérer ses adversaires faute d'arguments de fond à leur opposer.

SAPIR, Jacques. Décryptage d'une journaliste. russeurope.hypotheses.org,

Le « contre pouvoir » ?

« Merdias », « journalopes », « vendus »… Les réseaux sociaux ne sont jamais avares de mots durs envers les journalistes. Pourquoi tant de haine, se demandent ces derniers ? La période qui a précédé les élections présidentielles n'a, de ce point de vue, pas été en reste et la défiance envers les médias a largement été de mise, au fur et à mesure que se multipliaient les unes des magazines consacrées à Emmanuel Macron. Avant le second tour, qui oppose le candidat d'En Marche ! à Marine Le Pen, nous avons donc souhaité nous entretenir avec Alain Accardo, sociologue et maître de conférences à Bordeaux III, afin d'analyser le « système médiatique » à l'œuvre. Ce spécialiste de Pierre Bourdieu vient en effet de faire paraître, dans la collection Cent mille signes des éditions Agone, une réédition d'un de ses textes de 2007, sous le titre « Pour une socioanalyse du journalisme, considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle bourgeoisie intellectuelle ».

BÉNARD, Ludivine. « Les médias ne sont plus que très accessoirement des facteurs de l’utilité publique » – un entretien avec Alain Accardo. Vice,

Comment la télévision biaise-t-elle notre regard sur la société ? Quelle est son influence sur nos choix politiques, en cette période électorale ? Obsession sécuritaire des médias, reportages et micro-trottoirs contribuant à la banalisation de FN, journalistes acquis au néolibéralisme, éditorialistes convaincus de savoir ce que pensent les Français… Samuel Gontier, journaliste à Télérama et animateur du blog « Ma vie au poste », dresse le portrait de ce paysage télévisuel français, fortement droitisé, incapable de prendre du recul sur les idéologies qu'il distille à longueur d'antenne, et se nourrissant de son propre discours.

CHAPELLE, Sophie. Comment journaux télévisés et chaînes d'information contribuent à la montée du Front National. Basta!,

Les (pro)positions des candidats

Quasiment absents des débats publics, les projets de transformation des médias figurent pourtant dans les programmes de l'élection présidentielle de 2017, ainsi que dans quelques sources complémentaires. Le comparateur d'Acrimed les a examinés et confrontés à nos propres propositions. Nous n'avons retenu ici que trois questions : Quelles dispositions pour limiter les concentrations ? Quel projet pour un service public de l'information ? Quel avenir pour le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) ? Nous avons dû en négliger d'autres, non moins importantes.

PERAIS, Denis ; MALER, Henri. Présidentielle 2017 – Sur la question des médias, demandez les programmes !. Acrimed,

Les legislatives

Bons points
  • Députés : Méluche, Coquerel, Ruffin, Buffet, Corbière.
  • C'est le plus haut score jamais réalisé par la gauche non PS.
  • Ils/elles dégagent dés le premier tour : Bachelay, Bay, Malek Boutih, Cambadélis, Maedel, Menucci, Cosse, Hamon, Duflot, Lamy dégagés dés le 1er tour !
  • Ils/elles dégagent au second : Dhuicq, Touraine, El Khomri
  • Possible formation d'un groupe parlementaire France insoumise.
Mauvais points
  • La très grande démobilisation des électeurs de la France Insoumise, qui était malheureusement prévisible.
  • Isabelle Attard, Juan Branco, Sarah Soilihi absents du second tour.
  • Caroline de Haas, soutient de Duflot, puis de Hamon, puis de JLM à la dernière minute, permet à El Khomry d'être au second tour.
  • Battu(e)s au second tour : Charlotte Girard, Danielle Simonet, Leila Chaibi, Sophie Rauszer, Liêm Hoang Ngoc‏, Bompard.
  • Les arrivistes sont malheureusement toujours là : Berger, De Rugy, Pompili.

Hamon 2017

Un tour en twitterie

Les représentants du peuple ne représentent tellement plus le peuple que le peuple ne se présente plus pour être représenté.

Pierre Deruelle, 18 juin 2017

J'ose même pas imaginer les commentaires si Mélenchon avait fait fermer un bureau de vote et sortir les journalistes par la police… #Evry

Antoine Léaument, 18 juin 2017

Bravo les insoumis ! Notre mouvement est né en février 2016. Si jeune et déjà si bien représenté à l'@AssembleeNat. Les efforts ont payé !

Raquel Garrido, 18 juin 2017

Culte de la personnalité :

Programme EM : 17 pages - 9 photos de Macron

Programme FI : 126 pages - 0 photo de Mélenchon

Dalipas, 14 juin 2017

Certains ne comprenaient pas pourquoi les #milliardaires ont acheté des #médias structurellement déficitaires. Aujourd'hui ils comprennent.

Bassounov, 11 juin 2017

C'est pas compliqué en fait. Mediapart est à la FI ce que le Guardian est au Labour.

Frigo Relou, 11 juin 2017

Hamon a rogné les voix de FI pour l’empêcher d’aller au second de la présidentielle et se fait sortir au 1er des législatives. Destroy.

Volgelsong, 11 juin 2017

Je ne veux pas expliquer la déculottée du Parti socialiste, parce qu'expliquer, c’est déjà vouloir un peu l'excuser.

Guillaume D., 11 juin 2017

La mort et le néant

Les candidats Myriam El Khomri et Pierre-Yves Bournazel ont promis devant des partisans d'En marche de faire front au second tour… contre le candidat de Mélenchon.

RIETH, Bruno. Législatives à Paris : dans le 18e arrondissement, le PS et LR inventent le "front républicain" anti-Insoumis. Marianne,

S'il fallait encore une raison pour ne plus jamais voter PS...

Les castors

Dubuisson

Marc Dubuisson, 26 mai 2017, 00:14

Après la bataille

Au cours des mois d’avril et de mai, LaPrimaire.org, en partenariat avec le CNRS, l’Université de Paris-Dauphine et l’Ecole Polytechnique, a réalisé une expérimentation sur le Jugement Majoritaire dans le cadre de l’élection présidentielle.

Cette expérimentation consistait à offrir la possibilité aux citoyen(ne)s de voter au 1er puis au 2nd tour de l’élection présidentielle avec le Jugement Majoritaire.

L’élection présidentielle au Jugement Majoritaire — Les résultats. La Primaire,

Entre les deux tours

Si la campagne pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 nous a offert une belle illustration des tares et autres dérèglements de l’information politique, la période de l’entre-deux-tours a fourni une somme de matériaux plus complète et instructive encore pour la critique des médias.

Alignement éditorial général en faveur du vote Macron, culpabilisation unanime des abstentionnistes et acharnement démesuré contre Jean-Luc Mélenchon : voilà l’unique et simpliste mélodie qui fut jouée pendant deux semaines dans toutes les « grandes » rédactions de France par des éditocrates de tout poil et de tout grade. Face à la candidate du Front national, le choix de l’abstention ou du vote blanc, comme la décision de Jean-Luc Mélenchon de ne donner d’autre consigne de vote que celle de ne pas offrir une seule voix à Marine Le Pen étaient évidemment discutables. Mais de discussion il n’y eu point, les grandes consciences médiatiques préférant au débat démocratique qu’ils chérissent tant – et qu’ils piétinent si allègrement –, asséner à tour de bras des leçons de bienséance républicaine, de morale civique et de tactique électorale aux électeurs déviants. Un journalisme de prescription des choix électoraux légitimes et d’écrasement des opinions dissidentes.

Il faudrait la minutie d’un chirurgien et la patience d’un archéologue pour rendre compte de cette période courte mais riche en enseignements. Ce travail titanesque – et indigeste – mériterait du temps et du recul, et peut-être même un autre format que celui d’un simple article. Tentons toutefois d’en faire une ébauche.

REYMOND, Mathias. Les bacchanales de la vertu : retour sur l’entre-deux-tours de la présidentielle. Acrimed,

La France est le pays qui compte le record de millionnaires, qui sert le plus haut niveau de dividendes aux actionnaires, et ainsi de suite. C'est cela dont toute cette comédie électorale est le paravent. Alors, dans ce contexte, quand tout aura changé pour que rien ne change, les feux d'artifice éteints et les joies de commande remisées au vestiaire, il ne restera rien que le goût des cendres amères servies à foison. Les gens simples vont mesurer l'ampleur du racket social qui va leur être infligé. Il ne restera que les lacrymos dans la rue, les saisies sur salaire, les coupures d'eau et d'électricité, et ainsi de suite. La misère va exploser. Macron, ce sera pire que Hollande qui lui-même était pire que Sarkozy.

Comme je connais le nombre de plumes éthiques et indépendantes qui gardent la chiourme, je me fais un devoir de répéter ici : pas une voix pour le Front national, bien sur. Mais notre souffrance pour les gens et pour le pays ne cessera pas de sitôt. Elle durera aussi longtemps que la chaîne ne sera pas rompue quelque part en Europe. Le devoir de résistance commence dès le résultat de l'élection présidentielle. Notre devoir est de saisir toutes les opportunités pour en finir le plus vite possible. Et l'élection législative est la première et la plus formidable de ces occasions ! Car c'est elle qui nous permet de refuser de donner les pleins pouvoirs au gouvernement Macron.

MÉLENCHON, Jean-Luc. Deux jours avant de régler son compte à Le Pen. L'ère du peuple,

Ils ont voté au premier tour de l'élection présidentielle et comptent s'abstenir ou voter blanc au second. “Télérama” a recueilli leurs témoignages et proposé au sociologue Vincent Tiberj de les décrypter pour mieux comprendre ce qui pousse une partie de l'électorat à refuser de choisir.

OREMIATZKI, Yohav. Abstention : 50 nuances de “Ni...Ni”. Télérama,

La consolidation du face-à-face entre le néolibéralisme et son repoussoir fonctionnel d'une part, la détestation ouverte de la différence de gauche seule capable de briser cette splendide harmonie d'autre part, sont les deux propriétés caractéristiques de cet ensemble symphonique qui orchestre à intervalles réguliers la reconduction du même par exhibition de la différence monstrueuse – après avoir mis, entre temps, son énergie entière à empêcher tout surgissement de l'autre différence.

LORDON, Frédéric. De la prise d'otages. La pompe à Phynance,

Toutes. Toutes les autorités morales ont donc donné leur avis. Zinedine Zidane, Robert Badinter et Miss France. Il faut voter Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine le Pen. Ceci n'est pas une phrase, ceci est une messe. Et la messe est dite. Tout le monde l'a dit. A la télé, sur la grande (plateforme) bleue, à la radio, partout. Ceux qui ne l'ont pas dit se sont entendus dire par ceux qui l'avaient dit que de ne pas le dire équivalait à dire qu'on voulait dire l'inverse et que toutes choses égales par ailleurs et naufrages politiques et institutionnels compris, il y avait quand même des choses qui ne se disaient pas alors que d'autres devaient obligatoirement être dites. Tout le monde a eu l'impression que ça irait mieux en le disant et donc tout le monde l'a dit. Voilà comment tout à commencé dès le lendemain du premier tour d'une élection présidentielle en 2017 en France.

ERTZSCHEID, Olivier. Zinedine Zidane, Robert Badinter et Miss France.. Afforcdance,

Dans une tribune au « Monde », les intellectuels Henri Pena-Ruiz, Bruno Streiff et Jean-Paul Scot considèrent que voter Macron pour stopper le « fascisme » est un chantage indigne. Ce sont les gouvernements de gauche et de droite, en trahissant les classes populaires, qui ont fait monter le FN.

PENA-RUIZ, ; STREIFF, Bruno ; SCOT, Jean-Paul. « Les donneurs de leçons en matière de lutte contre l'extrême droite doivent balayer devant leur porte ». Le Monde,

Les électeurs sympathisants d'un syndicat de salariés ont voté ex-aequo en premier lieu pour Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon, et ceux proches d'une organisation patronale pour François Fillon, montre lundi un sondage Harris Interactive.

Les sympathisants de syndicats de salariés ont d'abord voté Macron ou Mélenchon. LCP,

Quand Jaurès, en 1894, parle du président de la République, ami des banquiers et des patrons de presse, faux patriote et vrai coquin – ne nous parle-t-il que d'un Casimir-Perier depuis longtemps oublié ?

PELLISSIER, Jérôme. Quand Jaurès parlait de Macron. Le blog de Jérôme Pellissier,

amais autant d'organes de presse, au-delà de toute considération partisane, n'auront fait une telle campagne pour que le vote prenne la signification d'un renouvellement du pacte démocratique », écrivait Serge July, dans Libération (1), à la veille du second tour de l'élection présidentielle. Jamais en effet on n'avait entendu un chœur si complet voler au secours de la République ni vu une aussi noble corporation rompre de concert ses règles fondatrices.

ROSKIS, Edgar. Chronique d'un orphéon médiatique. Le monde diplomatique,

Un tour en Twitterie

En moins de 24 heures je suis passé du stade de méchant communiste à complice des nazis.

Julien, 24 avril 2017, 12:53

T'as noté que c'est toujours à toi, le pauvre, qu'on demande de renoncer à tes valeurs, tes convictions pour élire ton prochain bourreau ?

Corinne Perpinya, 24 avril 2017, 05:11

Les #despotes de la #Finance n'ont plus besoin de bourrer les urnes. Ils rachètent 90% des #medias et bourrent directement les cerveaux

PHeintol Kienp, ‏24 avril 2017, 09:06

Des gens sont morts pour que vous alliez voter Macron et pour qu'il puisse détricoter le code du travail pour lequel des gens sont morts.

Julien, 23 avril 2017, 10:17

On s'en prend à Mélenchon qui a consacré une bonne partie de sa vie à combattre le FN pdt que Zemmour peut continuer à la fabriquer pénard.

Thomas Cadène, 24 avril 2017, 23:36

L'électeur de Melenchon est subitement passé du statut de bolchevique malodorant à castor sauveur de la République.

Vogelsong, 24 avril 2017, 22:13

La veille de l'élection on est des extrémistes Bolivariens dangereux.le lendemain on est une force républicaine de Gauche

Hatpr, 24 avril 2017, 11:09

Dites, les macronistes qui enjoignent à voter contre le FN, elle a fait quoi votre baudruche dans sa vie pour lutter contre le fascisme ?

Clochix, 24 avril 2017, 13:31

Merci à Hollande d'avoir porté à 7,7 millions le vote FN qui assurera le trône au chérubin du CAC 40 le 7 mai.

Aude Lancelin, 24 avril 2017

Honneur à l'insoumission

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon a lancé sur Internet une consultation de ses 450.000 soutiens pour décider de l'attitude à adopter au second tour de l'élection présidentielle, le 7 mai. En attendant le résultat du vote interne, qui sera annoncé le mardi 2 mai, les mélenchonistes discutent sur leur plate-forme, le Discord insoumis…

MATHOUX, Hadrien. Macron face à Le Pen : on a suivi les débats des Insoumis sur Discord. Marianne,

Que penser de l'attitude de Jean-Luc Mélenchon au soir du premier tour qui se refuse à appeler à voter Emmanuel Macron?

Il est inouï de reprocher à quelqu'un qui a fait toute sa campagne autour de l'horizontalité et du renouveau démocratique de consulter sa base et de lui faire confiance pour exprimer son choix, qui ne sera évidemment pas en faveur du FN, tout le monde le sait! Il est le seul à avoir traité de Le Pen de «fasciste». Il est le seul à avoir privé Marine Le Pen de dynamique et de carburant idéologique. Ceux qui lui font un procès aujourd'hui en ont fait beaucoup moins, quand ils n'ont pas contribué à son succès. Un débat éclaire par la raison est plus puissant que des injonctions.

BASTIER, Eugénie. Gaël Brustier : « Macron est l'intellectuel organique du nouveau capitalisme ». FigaroVox,

  1. Très tôt hier soir, des soutiens de Macron ont expliqué que Mélenchon était comme Le Pen
  2. Sur les réseaux sociaux, j'ai été interpelé comme d'autres. Je pose, comme d'autres, pourtant une question simple: qui peut sérieusement penser qu'une coalition de Wauquiez à Mélenchon en passant par Hamon n'est pas la pire réponse politique à Marine Le Pen ?
  3. Je peux comprendre que les militants macronistes stressent.
  4. Il est trop tôt pour répondre à la question du 7 mai.
  5. Rien dans l'attitude de Macron dimanche soir ne méritait un ralliement rapidement.
  6. Des politiques souvent à droite, rarement à gauche, toujours libérales. Et pour quel résultat ? La fille Le Pen au second tour avec 4 millions de voix de plus que son paternel en 2002. Face à l'urgence d'éviter Le Pen à l'Elysée faut-il oublier que le vainqueur désigné, Macron, approfondira une politique qui renforce quinquennat après quinquennat l'extrême droite en France ? A quoi bon ? Pourquoi n'avons nous pas le DROIT de POSER CETTE QUESTION ?!
  7. On nous explique que ce n'est pas gagné. C'est vrai.
  8. On nous explique que la France serait affaiblie si Marine Le Pen échouait de peu le 7 mai prochain.
  9. Le Pen est un danger national. Finalement, ce fut cocasse. dimanche soir, et le lundi qui a suivi, Emmanuel Macron a été uberisé. Mélenchon a en effet annoncé que nous voterions sur internet. Et il n'y aura que 3 choix: blanc, abstention ou Macron.

Macron dépend d'un clic.

Emmanuel, bienvenue dans ton monde moderne.

JUAN. Le jour où nous avons uberisé Emmanuel Macron. Les coulisses de Juan,

À l'heure où les éditocrates, les chiens de garde et les tartuffes de tout bord nous refont le coup du front républicain, tout en vendant la peau de l'ours, comme si la menace était pipée, à l'heure où les Insoumis hésitants sont quasiment criminalisés comme crypto-partisans du FN, rappelons quelques vérités sur la sociologie d'une gauche de combat et non de posture.

ROUZIES, Bertrand. Honneur à l'insoumission. Le blog de Bertrand ROUZIES,

Vous avez voté pour Macron et vous nous exhortez à faire barrage au Front National. Nous n'avons aucune leçon à recevoir de ceux qui sont responsables de son ascension.

TONNEAU, Olivier. Face au Front National: réponse aux pompiers pyromanes qui ont voté Macron. Lettres d'un engagé à ses amis qu'il dérange,

Sans moi le 07 mai

2e tour

Prévu, annoncé, fabriqué par les médias depuis plus d'un an, la ploutocratie à réussit à imposer le banquier face à la nationaliste, la droite libérale face à la droite réac.

Le PS finira dans les poubelles de l'histoire. On y veillera.

UN IMMENSE BRAVO ET UN GRAND MERCI AUX INSOUMIS ET AU PREMIER D'ENTRE EUX, JLM, POUR LA CAMPAGNE MENÉE, LES IDÉES DÉVELOPPÉES, LA FIERTÉ RETROUVÉE.

L'imposture Macron

Macron

Il faut vraiment garder trace de tout cela parce qu'un jour on nous demandera comment cela a pu se produire...

Le succès d'un candidat inconnu du public il y a trois ans ne s'explique pas seulement par la décomposition du système politique français. Inventeur d'une nouvelle manière de promouvoir les vieilles idées sociales-libérales qui ont valu au président François Hollande des records d'impopularité, M. Emmanuel Macron a trouvé dans les médias un solide point d'appui. Son histoire ressemble à un rêve d'éditorialiste.

BÉNILDE, Marie. Le candidat des médias. Le monde diplomatique,

La campagne électorale française est marquée par un remplacement du discours politique par une dialectique de communication publicitaire que déplore notre chroniqueuse Marie-Hélène Miauton

MIAUTON, Marie-Hélène. La dérangeante ambiguïté d'Emmanuel Macron. Le Temps,

Comment le candidat d'« En marche ! » a été entièrement fabriqué par des médias entre les mains du capital, et pourquoi il est encore temps de résister à ce coup de force.

LANCELIN, Aude. Emmanuel Macron, un putsch du CAC 40. Le feu à la plaine,

Soit : d'un côté Fillon qui ne voit rien pour l'empêcher de faire son coming out de sociopathe et, franchissant dans un parfait quant-à-soi toutes les bornes de l'obscénité des possédants, n'est plus qu'une insulte vivante à la société ; de l'autre la dislocation du PS au moment où il n'est plus possible de masquer combien cette formation nominalement de gauche s'est enfoncée loin à droite — à l'image de Manuel Valls dont on apprend maintenant qu'il considère sans le moindre embarras de conscience « des compromis avec la droite parlementaire » d'un éventuel président Fillon, ou de Pierre Bergé, actionnaire de la « presse de gauche », qui, comme jadis le Tea Party avec Obama, voit avec certitude que Benoît Hamon est un « communiste ».

C'est pourtant en Emmanuel Macron que s'expriment le mieux les affres d'une époque mourante mais qui ne veut pas mourir. Il était certain en effet qu'un monde pourtant condamné mais encore bien décidé à ne rien abandonner finirait par se trouver le porte-voix idoine, l'individu capable de toutes les ambivalences requises par la situation spéciale : parler et ne rien dire, ne rien dire mais sans cesser d'« y » penser, être à la fois parfaitement vide et dangereusement plein.

LORDON, Frédéric. Macron, le spasme du système. Le Monde diplomatique,

Mirage sur le point de s'évanouir ou aboutissement logique de la décomposition politique ? À un mois de l'élection, presque toutes les conditions semblent réunies pour faire d'Emmanuel Macron, candidat de synthèse, le premier président post-politique.

LATTA, Jérôme. Macron, le produit de la situation. Regards,

Le dilemne

Comment élire un homme politique de gauche pour faire une politique de gauche dans un environnement médiatique de droite ? Vous avez 2 jours.

Faire croire à des gens de gauche qu'ils ont toutes leurs chances dans une élection gérée par des médias de droite est prodigieux.

Vogelsong

La candidature Mélenchon est cette calamité de la différence indésirable, celle qu'il fallait impérativement empêcher de surgir pour préserver l'identité bien installée de « l'antisystème » et du « nauséabond » — c'est-à-dire l'assurance tous risques du système. On mesure alors l'exacte teneur démocratique du système à l'énergie qu'il déploie pour tenter de tuer la seule différence admissible du paysage. Pour repousser ce sort adverse d'une différence inopportune, il n'a à tout prendre qu'un seul argument : nier la différence. Ou plutôt nier la différence de la différence, et faire comme si elle était en définitive identique à la seule différence dont il aménage la place : la différence fasciste. On peut remuer en tous sens le fumier de l'éditorialisme, on n'y trouvera rien qui, en dernière analyse, ne se ramène à ceci : Mélenchon, c'est Le Pen. On comprend l'urgence et la grossièreté du procédé : accorder toute autre valeur à la différence Mélenchon, c'est rouvrir la possibilité, que le système, aidé de son monstre, s'efforçait de maintenir fermée : la possibilité de faire autre chose.

LORDON, Frédéric. Les fenêtres de l'histoire. La pompe à phynance,

Au fond, ce qui m'intéresse, ça n'est ni Mélenchon, ni son programme. L'homme m'est certes sympathique, des amis qui l'ont connu hors de l'arène politique m'en ont fait un portrait moins caricatural que la marionnette publique. Son programme, je ne l'ai pas lu. De toutes façons, quel⋅le candidat⋅e respecte son programme ? Non, ce qui m'intéresse, c'est que le peuple de gauche relève enfin la tête, reprenne un peu espoir.

Depuis que je m'intéresse à la politique, nous subissons défaites sur défaites, nos valeurs ne cessent de reculer. Cela crée un climat mortifère où, pour se protéger, on finit par se désengager. Ne plus s'investir, ne plus se passionner, parce qu'on finit par ne plus y croire, par se persuader que chaque combat n'amènera qu'une nouvelle défaite, une nouvelle raison d'être désespéré et aigri. Avant toutes choses, nous avons besoin d'espoir !

CLOCHIX. La tentation. Gribouillis dans les marges,

Fin de campagne

Certes, le corps du policier abattu sur les Champs Elysées n'était pas encore froid que déjà des candidats à notre élection présidentielle commençaient la récupération politicienne de l'attentat et vous accordaient ainsi un succès, en vous laissant dicter leur agenda de campagne.

Certes, comme d'habitude, des pseudo-experts en lutte contre le terrorisme vont défiler des heures durant sur diverses chaînes d'information et ils expliqueront des âneries : par exemple que le terrorisme serait le fruit de "la montée du communautarisme", alors que le communautarisme religieux est résiduel et lourdement minoritaire en France ; ou qu'il faudrait encore limiter nos libertés publiques par la loi, alors que ça ne change rigoureusement rien au risque d'attentat. Cependant les experts sérieux considèrent ces charlatans comme ce qu'ils sont et le public français les écoute généralement d'une oreille aussi distraite que dubitative.

Certes, une fois de plus des médias ont vite adopté un traitement hystérique propre à alimenter une psychose collective: ceci, au lieu de nous informer en adultes sur votre système de terrorisme, sur sa logistique, sur ses financeurs, sur les chaînes satellitaires qui propagent son idéologie obscurantiste, et sur les puissances étrangères dont les mécènes financent son existence. Mais pas tous les médias: au contraire, de plus en plus d'entre eux optent pour la retenue et l'information de fond, plutôt que pour le sensationnalisme avec zoom en boucle sur le sang, les sirènes et la panique.

Enfin et surtout, attentat après attentat, sachez que nous autres Français avons appris dans notre très vaste majorité à vous opposer un sang-froid stoïque, digne et méprisant. Malgré vos tentatives de nous transformer en une société de paranoïaques bunkerisés, dans un mélange de fatalisme et de mépris pour vous, nous sommes ainsi des millions à vous résister par un acte très simple: refuser d'avoir peur de vous. Et donc ne rien changer à notre vie quotidienne.

GUÉNOLÉ, Thomas. Après l'attentat des Champs-Elysées, ma lettre à Daech, ces lâches qui ne nous font pas peur. Huffington Post,

Il aura fallu moins d'une heure, quelques minutes, pour que tout se mélange, que des étincelles de polémiques et de récupérations jaillissent.

DAAM, Nadia. Le petit frisson dégueulasse de l'alerte attentat. Slate,

Le Méluche bashing

Méluche bashing

C'est arrivé comme attendu. Depuis quelques jours (2 semaines avant le premier tour de la présidentielle), alors que les sondages commencent à refleter ce que l'on voit depuis plusieurs semaines dans l'affluence des meetings de la France Insoumise (sans oublier toutes les pincettes avec lesquelles les dits sondages doivent être pris), vla-ti-pas que la caste médiatico-politique est en TOTALE PANIQUE et se met en branle pour alerter les bons citoyens que nous sommes sur le « danger Mélenchon ».

Elle était « en marche » depuis plusieurs mois pour nous vendre la baudruche Macron puisque tout ce qui se trouverait en face de Le Pen serait élu et puis patatra, grain de sable dans l'engrenage, tout ne se passe pas comme prévu. Y a des gens y pensent pas comme on leur dit de penser et d'autres commencent à comprendre :

  1. La vacuité abyssale de Macron (J'ai essayé de regarder un meeting, celui de Lyon — putain j'ai a peine pu tenir une poignée de minutes ; des phrases creuses, sans chair, moulinées par des markéteux comme ils le feraient pour vendre un yaourt...).
  2. Que derrière les formules marketing il y a une idéologie précise comme gouverner par ordonnances. Si vous ajoutez à cela le 49:3, l'état d'urgence et le fait que ce type ne pige rien à certains sujets cruciaux pour nos libertés (chiffement), ...
  3. Qu'un second tour Le Pen - Macron, c'est-à-dire Le Pen face à l'incarnation parfaite de tout ce qui a fait monter l'extrême-droite en Europe ces dernières années, ne serait pas aussi évident que prévu (je pense même qu'elle aurait de fortes chances de gagner).

Que le Figaro perde ses nerfs et nous ressorte le peur du coco mangeur d'enfants le couteau entre les dents, bon, c'était attendu — pas avec une telle violence cependant. Chez nous, les libristes, on a connu ça pendant des années avec le FUD made in Microsoft. Mais là c'est une véritable shit storm qui se déverse sur les plateaux télé ou à la radio et de la bouche des éditocrates de tout poil. Ces bons marquis, aux manettes ces 30 dernières années et responsables de la situation merdique dans laquelle on se trouve, t'expliquent donc tranquilou qu'une extrême droite au second tour c'est pas trop grave mais qu'un programme éco-socialiste c'est l'apocalypse assurée !

Pour eux très certainement.

Pour 90% de la population française, sans doute pas...

Mais le jeu médiatico-politique étant ce qu'il est, on risque donc de finir avec un banquier et une nationaliste au second tour… L'ultime crachat de la ploutocratie.

On peut ne pas partager (ou mal connaître) les positions de Mélenchon sur Cuba ou le Venezuela : elles ne figurent pas dans le programme de « La France insoumise ». On peut s’interroger sur la place qu’il entend accorder aux discussions avec Poutine : le présenter comme un suppôt ou un allié de l’autocrate russe est une contre-vérité. On peut découvrir dans un coin du programme de « La France insoumise » une proposition de la participation à l’ALBA : rien ne contraint à la présenter comme une alliance politico-militaire. Etc. Mais quand des chiens de garde découvrent un os, ils ne le lâchent plus.

LASSALLE, Grégory. « Comment détester Mélenchon », par quelques médiacrates. Acrimed,

Raphaël Enthoven est un professeur de philosophie médiatique. Titulaire d'une chronique dans la matinale d'Europe 1 intitulée « La morale de l'info », il y «  décrypte une info sous un angle philo. Il fait le lien entre un événement de l'actualité et un auteur, un livre ou une pensée [1] ». En réalité, il se contente le plus souvent de nous confier sa « pensée », c'est-à-dire son opinion, au besoin relevée de quelque référence culturelle et d'un ou deux mots savants, sur la polémique du jour. Nous essaierons de revenir prochainement sur la figure de cette créature médiatique, mi-enseignant mi-chroniqueur, ayant longtemps animé une émission de vulgarisation philosophique sur France Culture, devenu le prototype du fast-thinker, tirant prestige d'une stature (ou d'une posture) de « philosophe » pour distribuer bons et mauvais points avec une outrance digne des plus décomplexés des éditocrates.

POCHE, Olivier. Raphaël Enthoven, ou l'éditocratie à coups de marteau. Acrimed,

Comparateur de programme

Comparaison

Comme en 2012, je me suis prété au jeu des affinités avec les candidats, à l'aide cette fois-ci de la bousole éléctorale de France24.

  • Plus vraiment de contradictions entre affinités évaluées et affinités calculées.
  • Toujours surpris des hauts scrores du couple LCR/LO.
  • Des affinités un peu plus fortes qu'il y a 5 ans.

Les idées

La campagne de la France insoumise a cassé de nombreux codes du militantisme, en particulier par son horizontalité, et a créé une dynamique forte. Danielle Simonnet, engagée aux côtés de Jean-Luc Mélenchon, explique à Reporterre pourquoi elle juge que, « pour une fois, on peut avoir un vote qui engage une grande bifurcation historique ».

Danielle Simonnet : « Avec Jean-Luc Mélenchon, nous voulons changer le système ». Reporterre,

Désormais troisième dans les sondages, le candidat de la France insoumise souhaite mener un plan de relance par l'investissement public, notamment dans la transition énergétique. Il en attend d'importantes retombées économiques.

THÉPOT, Mathias. Mélenchon, ou la relance par l'investissement public. La Tribune,

Chantal Mouffe, la théoricienne qui influence Jean-Luc Mélenchon, a répondu aux questions du FigaroVox. Elle veut réorienter la stratégie politique de la gauche pour faire face à l'hégémonie néolibérale, et offrir au peuple une autre alternative que le populisme de droite.

DEVECCHIO, Alexandre. Chantal Mouffe, la philosophe qui inspire Mélenchon, se livre en exclusivité. FigaroVox,

Je matais BFM TV, hier soir, après le meeting de Mélenchon à Toulouse (qui, en ce dimanche de Pâques, a rassemblé autant de monde que le pape à Rome !). Et pour commenter cet événement, qui trônait sur le plateau ? Un gars de Valeurs actuelles et un autre de Challenges, vive le pluralisme ! On rêve que, demain, après un meeting de Fillon ou Macron, un débat oppose un mec de L'Huma et un autre d'Alter Eco !

RUFFIN, François. Mélenchon : les graines de l'espoir (bis). Fakir,

Le résultat du second tour dépendra beaucoup de la volonté de Benoît Hamon et de Jean- Luc Mélenchon de tenir compte de cette échéance, dès maintenant, dans leurs comportements, dans leurs discours et dans leurs actes…

MAMÈRE, Noel. Attention, dangers!. Le blog de Noël Mamère,

La percée du candidat de la «France insoumise» semble accréditer l'idée selon laquelle, désormais, dans une crise de régime devenue paroxystique, seul un populisme progressiste pourrait battre le national-populisme du FN.

BRUSTIER, Gaël. Et si Jean-Luc Mélenchon était le seul à pouvoir battre Marine Le Pen?. Slate,

Plus les riches sont riches, moins la croissance est forte: c'est le FMI qui le dit. L'Express / L'expansion,

Les commentaires

Jean-Luc Mélenchon m'avait raconté ceci il y aura bientôt vingt ans. Qu'il s'était entraîné, jeune, à se regarder dans la glace en parlant, «pour m'habituer à mon image», et dans les cafés, au restaurant, il s'asseyait toujours de façon à placer son interlocuteur face au miroir pour le déstabiliser. «Personne n'est à l'aise avec son image, me disait-il. Moi, j'ai appris.» J'ai repensé à cette confidence (sa voix de vieux métal, son amusement à entamer ma carapace d'ironie, constatant que j'évitais effectivement mon image dans le miroir, juste derrière lui, dans cette brasserie où nous parlions) quand j'ai lu ceci dans son dernier livre, où il parle de vertu: «J'emprunte une allégorie aux images traditionnelles que j'ai découvertes en Éthiopie. La personne bonne et honnête y apparaît toujours de face. On voit tout son visage. Tandis que le fourbe, le traître, le menteur apparaît de profil. L'autre partie de son être est cachée, on ne la voit pas. On ne sait pas ce qu'elle est. Et si on ne la voit pas, c'est qu'il veut la cacher.»

ASKOLOVITCH, Claude. Il faut regarder Jean-Luc Mélenchon. Slate,

Le leader de La France insoumise s'entoure d'universitaires actifs sur le terrain, loin de la figure du «conseiller du prince». Intellectuel revendiqué, il s'appuie aussi beaucoup sur lui-même.

BLIN, Simon. Le «lettré» Mélenchon et ses «têtes» militantes. Libération,

Vue d'Ailleurs

Jean-Luc Mélenchon, an insurgent left-wing candidate for France's presidency, is surging. His candidacy, organized under the newly-established party La France Insoumise (“Unsubmissive France”) has gone from a quixotic bid to a viable challenge in just a few months.

JILANI, Zaid. France's Bernie Sanders Started His Own Party and Is Surging in the Polls. The Intercept,

Les vrais experts

Association L214 : politiques et animaux

Le site pour découvrir les enjeux lesbiens, gais, bis et trans

INTER-LGBT. Réponses des candidat-e-s à l'élection présidentielle. LGBT2017

Le programme de Jean-Luc Mélenchon comporte une série d'engagements qui font écho à plusieurs de nos recommandations notamment dans le domaine de la protection de la vie privée et de la révision des lois adoptées dans le cadre de la lutte anti-terroriste.

Jean Luc Mélenchon et les libertés : des propositions qui rejoignent nos recommandations. Amnesty International,

Paris, le mardi 11 avril 2017 - Dans le Monde du 26 février, sept personnalités phares dans le domaine de la santé publique (le professeur Gérard Dubois, pneumologue ; le docteur Irène Frachon, cardiologue ; le professeur Claude Got, très investi dans la sécurité routière ; le professeur Serge Hercberg, père du Programme national nutrition santé ; le professeur Catherine Hill, épidémiologiste ; le professeur Albert Hirsh, pneumologue et Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière) publiaient dans le Monde une tribune rappelant l'importance de l'engagement des candidats à l'élection présidentielle dans le domaine de la santé. Les auteurs insistaient sur la nécessité de rompre avec ce qu'ils nomment la « financiarisation » de ce secteur. Considérant comme décevant le bilan du quinquennat qui s'achève, ils appelaient notamment les candidats à s'exprimer sur cinq thèmes majeurs : le tabac, l'alcool, le surpoids, la sécurité routière et la promotion des médicaments. Concernant les quatre premiers axes, ces sept spécialistes remarquent en effet que « Si la santé des Français s'améliore, il reste toujours un nombre considérable de morts évitables ». Le tabac, l'alcool et les « aliments transformés » y contribuent pour une large part, ainsi que l'insécurité routière.

Candidats jugés par sept experts de santé publique : Mélenchon décroche un 20/20. Univadis,

Les partis pris foisonnent à l'approche du premier tour, et il est difficile d'y voir clair tant chacun défend son intérêt personnel. Nous avons passé en revue l'ensemble des avis de 20 ONG, experts et journaux non-partisans, qui ont présenté des comparatifs détaillés des programmes de candidats sur les questions cruciales de notre époque.

LEDOUX-LANVIN, Georges. Présidentielles 2017 : Revue des études de 20 ONG et experts, les avis sont unanimes. Le blog de Georges Ledoux-Lanvin,

A quatre jours du premier tour de la présidentielle, près de deux-cents universitaires, chercheur·e·s et enseignant·e·s appellent à l'union autour de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise, pour «un vote de raison».

Un autre monde est possible avec Jean-Luc Mélenchon. Les invités de Mediapart,

Le candidat de La France insoumise obtient la meilleure note au questionnaire envoyé par le barreau de Paris aux présidentiables. Des militants sont mobilisés depuis des mois autour de son programme.

DELAHOUSSE, Mathieu. Justice : Jean-Luc Mélenchon et ses conseillers judiciaires bons élèves. Nouvel Obs,

MEDJAOUI, Mehdi. Entrepreneur dans la Silicon Valley, je rentre en France si Jean-Luc Mélenchon est élu. Medium,

Plus d'une centaine d'économistes de dix-sept pays à travers le monde appellent les citoyens à se prononcer, dimanche, pour le candidat de La France insoumise.

Pour une politique économique sérieuse et à la hauteur des enjeux, votons Mélenchon. Libération,

ActionAid, CCFD-Terre solidaire, Oxfam et le Secours catholique ont mené un comparatif « pour une France solidaire » des programmes présidentiels. Celui de la France insoumise l'emporte haut la main.

Solidarité : des ONG penchent pour Mélenchon. Politis,

Gros changement au programme ! Le candidat préféré des infirmières n'est autre que Jean-Luc Mélenchon avec 34,4% des votes très loin devant le reste des candidats.

FANNY. Voici le candidat préféré des infirmières pour le premier tour des élections !. Codes Infirmières,

Les soutiens

Richard Stallman

Les deux acteurs, rejoints par Noam Chomsky et Eve Ensler, demandent de s'unir derrière le candidat de gauche le mieux placé dans les sondages.

CLAVEL, Geoffroy. Danny Glover et Mark Ruffalo appellent à voter Mélenchon. Hufftington Post,